Eglise et unité VIIg_Le concile de Trente

Bilan

 

Concile de Trente: Réforme ou contre-réforme ?

A son ouverture le concile est divisé comme l’ analyse Nicole Lemaître[1]:  » Si depuis le dernier concile l’autorité du pape sur le concile a été rétablie, la méfiance reste grande pourtant, aussi le pape ne participe-il au concile que par légats interposés.
Ces derniers, dont plusieurs deviendront papes, ont su arbitrer entre les groupes nationaux. Ils avaient en général l’appui du clergé italien, proche du pape en raison de son pouvoir,
mais c’était bien différent avec le clergé espagnol, qui se distinguait par sa haute culture théologique.
Le clergé français était gallican, c’est-à-dire attaché aux privilèges nationaux de la France et hostile à l’intrusion de la papauté dans ses affaires.
Le clergé allemand était enclin au compromis avec les protestants.
Pour tous, le Saint-Siège était responsable du désastre, mais ils n’étaient pas d’accord entre eux:
Espagnols et Allemands voulaient une réforme disciplinaire et en particulier obliger les évêques à la résidence pour mieux défendre leur pouvoir de droit divin sur leur diocèse.
Les Italiens et les Espagnols s’affrontaient aux Français pour imposer des définitions des dogmes antérieures à la venue des Français, en 1562.
La majorité était cependant favorable à la réforme du Saint-Siège, contre les Italiens. »

 

Les décisions importantes du Concile de Trente[2]

A Trente l’Église catholique revoit entièrement ses fondements et précise le contenu de sa foi. C’est sur les décisions de ce concile qu’ elle s’appuiera, pendant plusieurs siècles.
Le travail du Concile de Trente a permis à l’Église catholique, face aux propositions de la Réforme protestante, de redéfinir ses dogmes.
Les abus qui minaient l’Église Catholique à cette époque furent dénoncés et parfois corrigés, et des réformes importantes proposées et misent en œuvre..

 

Au final, Trente est un concile à la fois doctrinal et pastoral.
Au plan doctrinal, il forge la réponse catholique à la doctrine de la justification et réaffirme face aux luthériens l’importance des sacrements, notamment de l’Eucharistie.

 

Au plan pastoral, la réforme de l’Église fut une entreprise encore plus difficile. La Curie et les papes firent leur possible pour la différer, prenant justement prétexte de cette autre Réforme qui se mettait en place dans l’Europe du Nord. Il est vrai que les papes ne sont guère des modèles de vertus, alors que, sur le terrain, les fidèles sont laissés à eux-mêmes par des évêques absents, ou cumulant les diocèses par souci du gain, et des prêtres guère plus présents : en moyenne, à peine la moitié des curés résident dans leurs paroisses…
De ce point de vue, le concile fit œuvre considérable. L’institution de séminaires, pour les futurs prêtres, est souvent considérée comme sa réussite majeure.
  • Mais Trente réaffirme aussi le rôle du curé, lui donne pour charge de prêcher, et en remettant le sacrement de la confession au centre de la vie catholique, le place dans le rôle de  » juge des consciences « . Le confessionnal, inconnu avant le concile, devient en quelques décennies l’indispensable mobilier des lieux de culte catholique.
  • Le rôle de l’évêque est redéfini. Le concile précise qu’il doit prêcher, s’occuper des séminaires, visiter les institutions, tenir des synodes avec le clergé, et parfois des laïcs. Bref, il  » appartient  » à son diocèse comme les pasteurs à leurs paroisses.
  • Et le pape ? En début de concile, la papauté est contestée par les souverains européens, mise à mal par les cardinaux réfractaires au pouvoir de la Curie, décrédibilisée par son propre comportement, et défiée par les hérésies protestantes.

A la clôture du concile, le pape symbolise l’unité préservée du catholicisme. Le concile lui donne la possibilité d’unifier et donc de contrôler la formation des fidèles et des prêtres (publication d’un catéchisme), l’organisation des diocèses, le rite et même la langue, avec le latin, désormais langue liturgique.

 

Face à l’émergence des Églises protestantes nationales, le catholicisme s’organise. Mais il le fait autour de l’institution papale, qui en sort, et ce n’est pas le moindre des paradoxes, plus que jamais, renforcée[3]. Le jésuite Robert Bellarmin, va donner la définition de l’Église qui aura cours jusqu’au concile Vatican II (1962 soit quatre siècles plus tard) :  » l’Église est la société des fidèles institués par Jésus Christ, gouvernée par le pape, et par les évêques sous l’autorité du pape « .
 « D’une façon générale, Trente sous-tend une vision très cléricale de l’Église, qui passe par une différenciation sociale du clerc : le clerc doit être décent, s’habiller de façon distincte des laïcs, ne pas fréquenter les tavernes ». C’est Charles Borromée, en tant que cardinal secrétaire d’État, qui mettra en œuvre l’application du concile. [4]

 

Conclusion

Le concile est adopté avec joie par le clergé mais aussi par les intellectuels catholiques:

  • premièrement c’est la preuve que par-delà des difficultés politiques, il a su exprimer un consensus catholique, et que ses décisions correspondent aux attentes et aux sensibilités du moment.
  • Deuxièmement, dans les difficultés de réception, la forme de l’Église catholique centralisée et bureaucratisée, sous l’autorité pontificale s’affirme rapidement.
  • Troisièmement, le retour à l’unité des chrétiens est abandonné par les catholiques comme il l’était par les protestants depuis 1545.

 

Ce concile réuni pour ramener les protestants dans l’ Eglise Catholique Romaine, entérine de fait la division.
Dès l’origine de la réforme Luthérienne le principe d’autorité posé par les représentants du pape ne pouvait que conduire à l’échec. Avec l’aspect politique qui s’est développé plus tard chez les Protestants, municipal d’abord, puis après la paix d’Augsbourg en 1555 officialisée au niveau des états princiers, il ne pouvait plus être question pour les protestants d’engager le dialogue.
La lutte infernale menée par le pouvoir papal pour conserver la mainmise sur les revenus de l’ église catholique et son corollaire: l’empêchement de toute réforme de la curie romaine, à consommé un état de fait.
Dès son ouverture le concile de Trente est un concile de contre-réforme. Et pourtant, au fur et à mesure de son déroulement, il devient un concile réformateur.
L’église catholique qui en est issue va durer quatre siècles. On peut aujourd’hui critiquer des prises de positions, des affirmations, voire des décisions inappropriées au regard de notre théologie aujourd’hui.
Mais à l’aurore de cette année 1563 les 220 Pères qui sortent de la cathédrale Saint-Vigile de Trente pour la dernière fois peuvent le faire avec le sentiment du devoir accompli.

 

Eglise et unité VIIf_Le concile de Trente

Troisième session:

Neuf sessions, du 18 janvier 1562 au 4 décembre 1563

 

Contexte

 En seulement dix ans le paysage politique et religieux à l’ouverture de cette dernière session du concile de trente à complètement changé:

– Quatre papes vont se succéder sur le trône de Pierre: Jules III, Marcel II, Paul IV et Pie IV;
– Du côté de l’Empire: Charles Quint  abdique en faveur de son frère Ferdinand Ier  et de son fils Philippe II roi d’Espagne.
– Dans les Pays-Bas espagnols, les guerres de Religion prennent la forme d’une guerre d’indépendance connue sous le nom de guerre de Quatre-Vingts Ans[1].
– En France, François II (15 ans) succède à Henri II pour 17 mois. Son frère Charles IX (10 ans) lui succède sous la régence de Marie de Médicis. Déclanchement des guerres de religion par le massacre des protestants à Wassy le 1er mars 1562 par François de Guise.[2]

 

Le pape Pie IV va inviter (sans succès il est vrai, mais quand même !…) des Eglises Orientales séparées, ainsi que le patriarche des Coptes d’Alexandrie, le Patriarche Œcuménique de Constantinople, le patriarche de l’ Eglise Arménienne d’Antioche et le Patriarche de Moscou.
 Il invite les princes allemands luthériens à dépêcher des envoyés au concile.

 

Pour diverses raisons  plus ou moins fallacieuses les Catholiques ne sont pas plus empressés ce qui fera dire au légat Comodone que « les protestants sont bien éveillés alors que les catholiques sont assoupis. On a l’impression que ce ne sont pas les protestants mais bien les catholiques qui mettent leur confiance dans une foi sans les œuvres au vu du peu d’efforts qu’ils déploient pour empêcher l’effondrement complet du catholicisme en Allemagne[3]« 

 

Dans ce contexte, le refus des protestants et des Français de participer à un concile qu’ils trouvaient trop lié à Rome, retarde à nouveau le début des séances qui ne reprennent que le 18 janvier 1562.

 

Le concile redémarre

 Le 18 janvier 1562, le concile est de nouveau ouvert, cette fois avec davantage de prélats, mais encore majoritairement italiens.

Le blocage du concile pendant dix mois (17 septembre 1562 au 15 juillet 1563) est dû au débat portant sur la nature de l’épiscopat.
En novembre, la délégation française arrive, présidée par le cardinal de Lorraine. Les affrontements sont rudes entre la « conception romaine » fondée sur le pouvoir pontifical et la « conception épiscopaliste » défendue par les Espagnols, les Français et une minorité italienne, selon laquelle la fonction de l’évêque est d’institution divine.
Finalement les canons 3 et 8[4] positionnent l’évêque comme délégués du siège apostolique.
Il faudra attendre Vatican II pour que l’ Evêque trouve sa place de Prêtre plénier et pasteur « de droit divin » (jus divinum) de son diocèse.
Ce blocage fut résolu grâce à la grande habileté du nouveau légat pontifical, le cardinal Morone qui va conduire le concile à bonne fin.

Dans leur élan, les Pères conciliaires entendent s’attaquer aux abus des princes. Aussitôt, les rois de France et d’Espagne font part de leur mécontentement. Les ambassadeurs français quittent Trente après maintes protestations. Le projet de décret est finalement écarté.

Le concile s’achève, l’ennui et le découragement aidant, par l’adoption facile de décrets importants, notamment sur le célibat des prêtres et le Purgatoire, le culte des saints ou encore les reliques et la célébration de la messe qui donnait lieu avant le concile à des fantaisies et/ou des omissions de parties entières (y compris le canon!).

Les 3 et 4 décembre 1563 se tient la séance de clôture.
L’ensemble des décrets du concile est lu devant les Pères, rassemblés dans la cathédrale Saint-Vigile de Trente. Les archevêques et les évêques y sont beaucoup plus nombreux que dans les réunions précédentes.
220 prélats signent l’acte final le 4 décembre 1563.

 

Au terme de cette lecture, le légat Giovanni Girolamo Morone, secrétaire du concile, demande aux Pères s’ils souhaitent clore leur assemblée.
Tous ayant répondu amen, le cardinal de Lorraine rend grâce aux différents acteurs du concile,  religieux ou laïcs .
Enfin, il s’exclame : « Anathème à tous les hérétiques ! », repris par les Pères : « Anathème, anathème ! »

 

 

[3] John. w. O,Malley, Le concile de Trente, Lessius, Bruxelles 2013, p 210
[4] http://lesbonstextes.awardspace.com/trentevingtdeuxiemesession.htm#refchap8 22°session, décrets de réformation, chap 3 et 8

Rencontre du groupe de travail Catholique-Orthodoxe Saint-Irénée

A l’invitation de l’Église orthodoxe roumaine, le Groupe de travail catholique-orthodoxe Saint-Irénée[1] a tenu sa quatorzième rencontre annuelle au monastère de Caraiman (Roumanie) du 4 au 8 octobre 2017.

 

La rencontre de cette année se concentra sur quelques aspects de la relation entre primauté et synodalité, afin de conclure l’étude menée en commun sur ce thème. Les contributions traitèrent du rôle des patriarcats durant le premier millénaire, de la place de l’apôtre Pierre dans la tradition ecclésiale en Orient et en Occident ainsi que du droit d’appel (ekkliton) en Orient et en Occident. Les conclusions de la rencontre de cette année furent résumées par les participants dans les thèses qui suivent.

Le rôle des patriarcats durant le premier millénaire

1)         Le célèbre modèle de la pentarchie (le gouvernement des cinq anciens patriarcats de Rome, Constantinople, Alexandrie, Antioche et Jérusalem) ne fut que très rarement mis en pratique, en tant que tel. Les réserves romaines, le schisme qui suivit Chalcédoine et surtout la conquête arabe en limitèrent le fonctionnement dans les faits.
2)         Le modèle patriarcal de gouvernement ecclésial s’est superposé au système métropolitain (c’est-à-dire au modèle de gouvernement construit autour des capitales provinciales). Ce modèle s’est construit sur un enchevêtrement de facteurs complexes : la fondation apostolique, la coutume, la géographie, la politique. Son histoire est largement une histoire de compétitions et d’antagonismes.
3)         L’histoire des cinq patriarcats anciens se caractérise aussi par la recherche de l’unité de l’Église et par le souci de l’orthodoxie de la foi. Très spécifiquement, dans le contexte des conciles œcuméniques, ces cinq patriarcats ont manifesté visiblement l’unité de l’Église au sein de l’histoire.
4)         La rupture entre l’Orient et l’Occident ainsi qu’un certain nombre de tensions persistantes au sein de l’Orthodoxie (par exemple la relation entre primauté et synodalité) sont dans une certaine mesure un héritage du système patriarcal.
Thèses sur le rôle de l’apôtre Pierre dans la tradition orientale et occidentale
5)         La position de Pierre au sein du collège des Apôtres, attestée par l’Écriture, l’est également par la tradition apostolique. Dans le rite byzantin comme dans le rite romain, l’apôtre Pierre est commémoré en même temps que l’apôtre Paul, le 29 juin. Dans le rite romain, la fête des Apôtres est une solennité ; dans la tradition byzantine, plus tardive, la fête est précédée par un jeûne spécifique qui souligne le statut spécial des deux apôtres.
6)         Dès le second siècle, l’Église de Rome est associée à Pierre qui confessa le Christ et y souffrit le martyre. Très rapidement son tombeau y fut vénéré. La vénération des tombeaux de Pierre et de Paul, combinée à l’importance de Rome comme capitale de l’Empire, constitua la base du statut spécial accordé à l’évêque de Rome à partir du troisième siècle.

Thèse sur le droit d’appel (ekkliton) en Orient et en Occident

Le droit d’appel (ekkliton) est pratiqué durant le premier millénaire. Le concile Quinisexte (691-692), considéré comme œcuménique, passe en revue tous les canons antérieurs et énumère, en son canon 2, ceux qui sont toujours en vigueur. Parmi eux, on trouve le droit d’un évêque, condamné par un synode local, d’en appeler à l’évêque de Rome, conformément au synode de Sardique (343). Cette disposition constitue une base importante pour tout futur accord sur la primauté entre catholiques et orthodoxes.

[1] Le Groupe de travail catholique-orthodoxe Saint-Irénée se compose de vingt-six théologiens, treize catholiques et treize orthodoxes, provenant de plusieurs pays d’Europe, du Proche Orient et des Amériques. Il fut créé à Paderborn (Allemagne) en 2004.
La prochaine rencontre se tiendra à Graz (Autriche), en octobre 2018.

 

La Bible à Rouen

 

Découverte de la rencontre du 24 avril

Pour cette dernière rencontre notre travail a porté sur les mots du ministère.

On sait que la notion de « ministère » est différente selon nos Eglises, avec entre autres, la question de la hiérarchie, et celle de la transmission. Vous trouverez en fin de page un texte sur les ministères catholiques et une définition des ministères extraite de l’encyclopédie du Protestantisme.

Nous avons étudié le vocabulaire employé dans le Nouveau Testament, son sens exact, pour voir ce qu’il en est aujourd’hui des mots qui en proviennent en français.

1) Les différentes fonctions :
Le mot « ierus » en grec
Le mot « presbutéros »
Le mot « épiscopos » a donné le mot « évêque ».
Le mot « diaconos » a donné le mot « diacre »

2) Pierre et la primauté :

3) La transmission :

Pour terminer la soirée, le texte de l’évangile de Jean 21 versets 1 à 17.

 

Lire le compte rendu complet et détaillé sur: La Bible à Rouen
Rendez-vous au premier trimestre 2017 pour un nouveau sujet :
Le sacrifice.