Histoire de l’Eglise II : unité et diversité.

 Petit retour en arrière

     Dans l’article précédent, nous avons vu comment, au gré des quatre premiers conciles œcuméniques et au fur et à mesure que les définitions christologiques s’affinaient,  cela a provoqué des différences d’appréciations, les hérésies[1], qui sont devenues facteur de séparation est d’excommunication.
   Avant d’aborder le problème de la séparation entre l’Eglise d’occident (Rome) et les Eglises d’Orient -en particulier Constantinople) il faut faire un retour en arrière sur ce qui se passe en occident de la fin de l’Empire Romain d’Occident [2] à la date de la rupture de 1054.

 

Du troisième au dixième siècle

Des peuples venus d’Asie (les Huns), de Scandinavie (les Goths) et de l’Europe de l’Est (les Francs et les Alamans) morcellent l’ancien Empire romain d’Occident en petits royaumes. En de nombreux endroits, l’Église est la seule force demeurant sur place qui peut négocier avec les nouveaux maîtres. Elle y préserva en même temps l’héritage de Rome, les barbares, peuples illettrés, conservant les systèmes administratif et juridique romains -et ceux qui savent le faire fonctionner.

Abandon de la partie occidentale de l’ Empire par Byzance

Après que Justinien Ier eut repris l’Italie, l’empereur Maurice (539 – †602) transféra son représentant, l’exarque, à Ravenne.

 En 590, une alliance est passée avec les Francs de Childebert II en vue d’anéantir les Lombards. Le roi franc envoie en Italie une armée, dont une partie se dirige vers Vérone. Pendant ce temps, les Byzantins, commandés par l’exarque, attaquent les Lombards. Après les premiers succès et alors que les Lombards sont sur le point de céder, brusquement, les Francs s’en retournent dans leur patrie pour ne plus en revenir. Les Byzantins ne sont plus alors en mesure de gagner la guerre et de restaurer l’unité de la péninsule, l’exarchat récupère quelques territoires, mais en raison de cette campagne, les conditions socio-économiques dans la péninsule se détériorent.

Plus ou moins en même temps, le pape Grégoire Ier demande à plusieurs reprises l’aide militaire à Romanus contre les Lombards de Spolète, qui attaquent et pillent le territoire romain. L’exarque, parce qu’il a une stratégie différente, refuse régulièrement d’apporter de l’aide à Rome. Grégoire, devant l’inaction du pouvoir impérial, tente de négocier une paix avec les Lombards afin de soulager les souffrances de la population romaine : débute ainsi l’activité politique et temporelle de l’Église de Rome malgré les protestations de l’empereur et de l’exarque Romanus qui refusa de reconnaître les ententes conclues entre le pape et le chef lombard.

   Reconstitution d’un Empire àoccidental autour des Francs

L’avance des Lombards se faisant de plus en plus inexorable, le pape Étienne II (règne 752 – †757) appela au secours Pépin le Bref (715 – †768) qu’il avait sacré roi des Francs deux ans plus tôt. Ce dernier remit au pape les terres dont les Lombards s’étaient emparés, y compris l’exarchat de Ravenne : ce fut le début des États pontificaux, créés à partir de territoires byzantins.
La papauté s’appuiera sur la fausse « Donation de Constantin »  jusqu’à la Renaissance pour justifier la création des États pontificaux[3], jusque-là territoires en majeure partie byzantins.

Quelques années plus tard, le roi lombard Didier ayant dénoncé le traité conclu avec Étienne II, le pape Adrien Ier (règne 772 – †795) résolut de faire appel à Charlemagne (742 – †814). Qui traversant une première fois les Alpes, défit le roi Didier en 774 à Pavie et confirma les dons de son père.

Cinq ans après son élection, le nouveau pape, Léon III (règne 795 – †816 couronna Charlemagne en le proclamant « imperator Augustus ». Ce faisant, le pape renversait la situation et se donnait le droit d’investir l’empereur des Romains, ce qui sous-entendait la supériorité de l’Église sur l’Empire. Il pouvait alors justifier cette autorité par le faux document, « la Donation de Constantin », selon lequel Constantin, reconnaissant la primauté du pape d’alors, Sylvestre (règne 314 – †335), lui aurait donné le droit de concéder la couronne impériale à qui bon lui semblerait..

Schisme de Photius

Ce schisme politico-religieux, qui n’affecta que l’Église d’Orient mais qui devait être la cause indirecte du schisme de 1054, fut le résultat de la chute du patriarche Ignace et de sa protectrice, l’impératrice Théodora. Le nouvel empereur, Michel III (règne 842 – †867) fit remplacer Ignace par Photius (843 – patriarche 858-867 – †886), un laïc haut-fonctionnaire responsable de la chancellerie impériale. Celui-ci reçut tous les ordres ecclésiastiques en six jours de façon à être intronisé pour les fêtes de Noël 858.

Choqué par cette procédure, le pape Nicolas Ier (pape 858 – †867) décida trois ans plus tard d’envoyer des légats à Constantinople avec mission d’enquêter sur ces irrégularités. Il se disait prêt à passer l’éponge sur celles-ci pourvu que l’Illyrie, la Sicile et la Sardaigne soient retournées au Saint-Siège. Or l’Illyrie recoupait la majorité des Balkans où la Bulgarie et la Moravie à l’Ouest songeaient à se convertir au christianisme.  Constantinople ne pouvait accepter ces conditions

Prétentions abusives du Pape Nicolas

Aussi un concile tenu à Rome en 863 décréta qu’Ignace était toujours le patriarche légitime et réduisit Photius au rang de laïc. Ce n’est que deux ans plus tard que l’empereur rompit le silence dans une lettre qui rappelait au pape qu’il avait été invité à envoyer des délégués pour discuter de l’iconoclasme et non des affaires intérieures de l’Église byzantine. La réponse du pape Nicolas montrait à quel point la mésentente était grande entre les deux Églises : il y affirmait que seul le pape pouvait convoquer un concile et que sans sa permission nul patriarche ne pouvait être nommé ou déposé. De plus, l’autorité de Rome s’étendait « super omnem terram, id est, super omnem ecclesiam »; en tant que pape, il avait donc le pouvoir de juger du cas d’Ignace.

l’imbroglio slave

À la même époque, le tsar Boris, qui avait demandé en vain l’envoi d’un patriarche grec, se tourna vers Rome qui se hâta de lui envoyer des missionnaires francs, lesquels professaient le credo en y incluant la formule du Filioque. Furieux, Photius convoqua un synode qui déclara le pape déposé et anathématisé en 867. Sur ces entrefaites, Basile le Macédonien (règne 867 – †886) renversa Michel III et s’empara du pouvoir, tout prêt à sacrifier Photius pour être reconnu par le pape et le parti des Ignatiens.

Ignace fut donc réinstallé en novembre 867. À peu près à la même époque, le pape Nicolas mourut et fut remplacé par Adrien II (règne 867 – †872). Un synode se tint à Saint-Pierre de Rome en 869 qui condamna Photius et le synode de 867, ne reconnaissant les évêques qui l’avaient appuyé que s’ils signaient un « libellus satisfactionis » qui affirmait que la Foi avait été maintenue par le Saint-Siège. Après quoi, le pape envoya des légats à un concile devant se tenir à Constantinople à l’automne.

Contrairement aux attentes de Rome, non seulement les évêques se montrèrent-ils hostiles au libellus, mais le concile conclut que l’accord des cinq patriarches était nécessaire pour toute décision de nature théologale (canon 21). Les occidentaux furent à nouveau défaits lorsque la question du siège dont relèverait la Bulgarie fut mise aux votes : le concile décida qu’il appartenait à l’empereur de trancher la question. Le pape était près d’excommunier Ignace lorsque celui-ci mourut en 877.

Une réconciliation ambigüe

L’empereur choisit alors de réinstaller Photius dont il avait appris à apprécier les talents. Ce dernier pour sa part voulait une réconciliation avec Rome, tout comme le pape Jean VIII (pape 872 – † 882). Un nouveau concile fut donc tenu à Constantinople en 879 qui annula les actes du concile de 869, affirma la parfaite orthodoxie de Rome, tout en anathématisant ceux qui ajouteraient quelque chose au credo de Nicée (autre effet des difficultés linguistiques, le grec des légats n’était peut-être pas suffisant pour qu’ils sachent ce qu’ils signaient). Par ailleurs, l’empereur envoya un message assignant l’Église de Bulgarie à Rome – ce que refusa le tsar bulgare. L’harmonie était ainsi retrouvée entre Rome et Constantinople de telle sorte que lorsqu’un nouveau schisme se déclara, à l’intérieur de l’Église de Constantinople cette fois, concernant le quatrième mariage de l’empereur Léon VI (règne 886 – † 912), le tact du patriarche et la prudence du pape évitèrent tout nouveau conflit50.

Schisme de 1054

Causes religieuses

Si la fin du schisme de Photius marqua le début d’une période d’apaisement entre les deux hiérarchies, elle fut aussi le point de départ d’une autre querelle à l’origine du schisme de 1054 : la querelle du Filioque. Dans une Encyclique aux patriarches de l’Est, le patriarche Photius dénonçait cet ajout au credo de Nicée par l’Église d’Occident qu’il accusait d’hérésie. Le Credo de Nicée (325) disait simplement que Dieu le Fils « procédait » du père et restait silencieux sur la nature du Saint-Esprit. Cet ajout (« ex patre filioque procedit ») affirmait que le Saint Esprit procédait à la fois du Père et du Fils.

Cette expression avait été adoptée au IIIe Concile de Tolède en 589 pour contrer l’arianisme prévalant alors en Espagne wisigothique jusqu’à la conversion du roi Récarède. À partir de là, elle fut adoptée en Gaule pour lutter contre les chefs francs qui étaient tous ariens. Tous, sauf Clovis (voir plus haut) qui s’était converti au catholicisme romain. Charlemagne, dans sa lutte contre les autres chefs francs, voulut faire pression pour qu’elle soit introduite dans le Credo, ce à quoi s’opposa fermement le pape Léon III (pape 795 – †816). Au cours du IXe siècle, la formule fut progressivement adoptée par les Églises d’Allemagne et de Lorraine. Des clercs allemands l’apportèrent à Rome. L’influence allemande grandissant à Rome, un des successeurs de Léon III, Benoit VIII (pape 1012 – †1024), qui avait désespérément besoin de l’appui de l’empereur dans la lutte qui l’opposait aux grandes familles romaines, finit par s’y résoudre 200 ans plus tard, lorsque l’empereur Henri II alla se faire couronner à Rome.

Causes politiques

L’hostilité à l’endroit de l’influence allemande aidant, c’est moins la question de la procession du Saint-Esprit qui faisait problème que de savoir si le pape était habilité à imposer seul une telle décision à l’ensemble de l’Église. Pour les Orientaux, le symbole de Nicée ayant été adopté par un concile réunissant toutes les Églises ne pouvait être modifié que par un autre concile œcuménique.

La pentarchie

On glissait ainsi du plan théologique au plan de l’administration de l’Église. Dans son édit 131, l’empereur Justinien avait promulgué que le gouvernement de la chrétienté serait confié aux cinq patriarches de l’Église sous l’égide d’un empire universel, ce que l’on appela la « pentarchie ». Rome se voyait concéder la primauté en raison de son lien historique avec la ville impériale. Tel que mentionné plus haut, il s’agissait donc d’une primauté d’honneur allant à la ville et non à l’individu qui y occupait le poste de patriarche. Du reste, cette primauté d’honneur n’était définie nulle part et ne n’impliquait aucune suprématie sur les autres patriarches.

Rome et le pouvoir

En Occident, les invasions avaient fait du pape l’unique force pouvant tenir tête aux barbares. Celui-ci était ainsi naturellement devenu non seulement le guide spirituel, mais aussi temporel des chrétiens d’Italie. Et si, comme on l’a vu avec Charlemagne, la papauté eut besoin de l’aide matérielle de l’empereur pour maintenir son pouvoir temporel sur la ville de Rome, elle tentera de s’en émanciper dès que le Saint-Empire romain sera créé. L’harmonie qui régna entre Otton Ier (912 – †973) et le pape d’alors fut remplacée dans les siècle suivants par une opposition croissante entre les deux. Grégoire VII (pape 1073 – †1085) parviendra à humilier l’empereur Henri IV (1050 – † 1106) à Canossa en 1077 et publia le Dictatus Papae, un recueil de 27 propositions affirmant la suprématie papale, incluant le pouvoir de nommer et de rejeter les souverains temporels et se réservant le titre exclusif de souverain « universel » ou œcuménique, une allusion directe à son collègue de Constantinople.

Les causes secondaires

Si ces sujets concernaient surtout les hautes sphères de la hiérarchie, la question du célibat ecclésiastique, imposé par Grégoire VII à toute l’Église sans concertation avec les autres évêques de la pentarchie, touchait l’ensemble du clergé et traduisait l’influence des réformateurs de Lorraine qui avaient l’appui de l’empereur germanique et de ceux de l’abbaye de Cluny. De même, à leurs yeux, les critiques adressées par l’Église latine aux Églises grecques concernant l’utilisation du pain avec levain, le jeûne du samedi durant la période du carême ou le baptême par une immersion au lieu de trois étaient autant de preuves que l’Église d’Occident voulait leur imposer ses propres coutumes germaniques et ignorait complètement leur propre développement historique.

Excommunications de 1054

 Les principaux acteurs du drame

Ce furent le patriarche de Constantinople, Michel Cérulaire, et le légat du pape Léon III, le cardinal Humbert de Moyenmoutiers, cardinal de Silva Candida), appuyés par leurs supérieurs respectifs, le basileus Constantin IX (vers 1000 – †1055) à Byzance et les papes Léon IX (pape 1049 – †1054) et Victor II (pape 1055 – †1057) à Rome.
    Représentant authentique de la réforme clunisienne, le pape était dans un dilemme. S’il désirait l’alliance des Byzantins pour lutter contre les Normands, il ne voulait nullement voir ces territoires retourner sous l’autorité de Byzance. Capturé par les Normands en 1053, il fut emmené en captivité à Bénévent où il commença l’étude du grec. Les Normands autorisèrent son premier secrétaire, le cardinal Humbert, à venir l’assister.
Ce dernier réussit à convaincre le pape d’envoyer des légats à Byzance pour tenter un rapprochement entre les deux Églises, ouvrant la voie à une coopération politique sur les territoires d’Italie du sud.
Il rédigea à cette fin deux lettres pour la signature du pape: l’une, destinée au patriarche, jetait le doute sur la canonicité de son élection, rejetait les accusations de Cérulaire contre l’Église latine et l’accusait de s’ingérer dans les affaires des Églises d’Antioche et de Jérusalem. L’autre, destinée à l’empereur, traitait surtout de questions politiques, mais sa dernière phrase se plaignait de la conduite du patriarche.

Daccord sur un seul sujet: la rupture. Bétise franque et désunion greque.

 Accompagné de l’archevêque d’Amalfi (territoire byzantin) et de Frédéric de Lorraine, chancelier du Saint-Siège et futur pape Étienne IX (règne 1057 – †1058), il partit pour Constantinople en avril 1054.
     Insatisfaits dès l’abord de l’accueil qu’ils reçurent, les légats se rendirent d’abord chez le patriarche où ils lui remirent avec hauteur la lettre qui lui était destinée avant de se retirer sans échanger les compliments d’usage. Le patriarche fut choqué du ton de la lettre et mit en doute le statut de la délégation envoyée par un pape prisonnier.
Quelques jours plus tard, le pape Léon mourut et la nouvelle parvint à Constantinople quelques semaines plus tard. En vertu des précédents, les légats auraient dû retourner à Rome chercher de nouvelles instructions du successeur de Léon IX. Or ce ne fut qu’en septembre qu’Henri III nomma un nouveau pape en la personne de Victor II (pape 1055 – †1057), évêque d’Eichstatt en Allemagne. Il ne devait arriver à Rome qu’au mois d’avril 1055, ignorant probablement tout de cette délégation.
     Celle-ci toutefois reçut un accueil très cordial de l’empereur, alors que le patriarche décidait simplement de l’ignorer et de ne plus avoir de contact avec elle.
     Le climat se dégrada avec la publication de la lettre du pape ainsi que de deux documents qu’Humbert avait apportés avec lui. La lettre du pape provoqua une réponse, polie mais ferme, d’un moine du monastère de Studium du nom de Nicetas Stethatus. Elle provoqua la fureur du cardinal Humbert qui répondit par un torrent d’insultes.
Inquiet pour l’avenir de l’entente qu’il souhaitait, l’empereur força le moine à se rétracter et consentit même à discuter avec le cardinal de la question du Filioque, alors que le patriarche continuait à garder le silence et que le peuple s’irritait de cette ingérence dans les affaires de son Église.
     Le samedi 16 juillet 1054, les trois ex-légats se rendirent à Sainte-Sophie alors que l’on s’apprêtait à célébrer l’office de l’après-midi et déposèrent devant les fidèles une bulle excommuniant le patriarche et ses assistants, avant de repartir non sans avoir symboliquement secoué la poussière de leurs souliers.
     Fort de l’appui de son Église, le patriarche alla se plaindre à l’empereur pendant que la population ameutée grondait contre cette insulte à l’Église de Constantinople. L’empereur dut annoncer que la bulle incriminée serait solennellement brûlée.
Le dimanche 24 juillet, un synode convoqué à la hâte jeta l’anathème sur le cardinal de Moyenmoutiers et ses assistants, sans mentionner toutefois le pape ou l’Église d’Occident en général, espérant sans doute une déclaration du prochain pape à l’effet que la délégation avait outrepassé ses pouvoirs.

Réactions en Orient et en Occident

En dépit de son caractère spectaculaire, cet épisode ne fut considéré à Constantinople que comme l’une des péripéties qui marquaient de plus en plus souvent les relations entre les hauts dirigeants des deux Églises : les excommunications étaient dirigées vers leurs dignitaires et non contre les Églises elles-mêmes, il n’y avait donc pas de schisme à proprement parler.

La réaction fut plus marquée en Occident où les réformes entreprises par les empereurs allemands pour restaurer la crédibilité et l’influence morale de la papauté portaient fruit. Le rapport que fit le cardinal de Moyenmoutiers de sa mission fut reçu avec enthousiasme, l’anathème prononcé contre le patriarche étant vu comme la juste rétribution des accusations grecques contre l’Église latine. Le cardinal conserva sa place comme chef de file de la curie romaine. Le principal résultat toutefois devait être une acrimonie grandissante entre les deux Églises qui se traduisit à Constantinople par la publication d’un pamphlet intitulé « Contre les Francs ».

 

[1]    Dans l’Antiquité, le mot hérésie désignait simplement une école de pensée : le jardin  d’Épicure était une telle haíresis. Au fil des conciles qui définirent progressivement les dogmes chrétiens durant le premier millénaire de notre ère, la notion d’« hérésie » fut fréquemment opposée à celle d’« orthodoxie ». Elle acquit une valeur péjorative dans l’historiographie des églises trinitaires (catholique ou orthodoxe), et depuis lors, le mot hérésie désigne avant tout une opinion, doctrine ou dogme considéré comme sortant du cadre de ce qui est généralement admis ou tenu pour acquis dans les domaines de la pensée, de la connaissance, de la religion.

[2]   La convention veut que l’Empire d’Occident ait disparu le 4 septembre 476, lorsqu’Odoacre déposa Romulus Augustule.

[3]    Au VIIIe siècle, Pépin le Bref, chef des Francs, obtient du pape d’être reconnu roi à la place des Mérovingiens, héritiers de Clovis. Cette reconnaissance est la contrepartie du soutien apporté par Pépin au pape, en butte aux attaques de ses voisins lombards. Pour consolider sa rapprochement avec le Saint-Siège, Pépin garantit au pape Étienne II et à ses successeurs une pleine souveraineté sur Rome et l’Italie centrale. C’est l’amorce des États pontificaux, qui ne disparaîtront qu’en 1870 par absorption dans le royaume d’Italie.
Mais cette donation de Pépin, qui sera II donation de Pépinconfirmée par son fils et successeur Charles (futur Charlemagne) pose problème car les territoires en question relèvent virtuellement de l’empereur de Constantinople ! L’administration pippinide ou carolingienne lève l’obstacle en produisant en 754 un document apocryphe, sans doute le faux le plus célèbre du Moyen Âge : la «donation de Constantin».
Ce document est présenté comme une convention entre le premier empereur chrétien,Constantin le Grand, et le pape Sylvestre 1er, d’où il ressort que l’empereur aurait concédé au pape une pleine souveraineté sur Rome, l’Italie et les régions occidentales, au moment de quitter Rome pour Byzance, sa nouvelle capitale !

Histoire de l’Eglise III: 1054 à 1204, de la rupture à l’agression

      De 1054 à la Quatrième croisade (1204)

Les excommunications de 1054 : un évènement, pas une rupture

 Rupture de 1054    En dépit de son caractère spectaculaire, cet épisode ne fut considéré à Constantinople que comme l’une des péripéties qui marquaient de plus en plus souvent les relations entre les hauts dirigeants des deux Églises : les excommunications étaient dirigées vers leurs dignitaires et non contre les Églises elles-mêmes, il n’y avait donc pas de schisme à proprement parler.

     Si crise il y avait à Constantinople, il s’agissait plutôt d’une crise interne dans laquelle le patriarche  avait marqué des points contre l’empereur soupçonné de sympathies pro-occidentales.
     Les excommunications réciproques ne mirent nullement un terme aux négociations.
     Le pape envoya une délégation à Constantinople, mais celle-ci avait tout juste atteint Bari qu’arriva la nouvelle de sa mort. Instruits par les évènements de 1054, les délégués retournèrent prudemment à Rome.
     Son successeur, Nicolas II (pape 1058 – † 1061) mena une politique anti-impériale (entendre contre l’empereur germanique). Il affranchit la papauté en 1059 de la tutelle impériale en remettant l’élection du pape entre les mains du seul collège des cardinaux et interdit la nomination des évêques sans l’approbation du pape.  Réalisant que la domination normande sur le sud de l’Italie était un phénomène irréversible, il se rendit la même année en Italie du sud et reçut les serments de fidélité des princes  normands. Bien que ce geste ait été dirigé contre l’empire germanique, il provoqua un ressentiment considérable à Constantinople.
Sans parler de schisme, on se rendait bien compte que les deux Églises n’étaient plus sur la même longueur d’onde et que la question d’une « réunification » s’imposait.
Toutefois, le terme même de réunification n’avait pas la même signification dans les deux capitales.

Des conflits de pouvoir

Gregoire VII

Gregoire VII

Le nouveau pape, Grégoire VII (pape de 1073 à † 1085), a un règne beaucoup plus long que ceux de ses prédécesseurs immédiats.

Il développait la théorie selon laquelle le pouvoir spirituel du pape s’étendait au domaine politique et que « la papauté était à l’empereur et aux autres monarques européens ce que le soleil était par rapport à la lune ».

Cette doctrine ne pouvait être acceptée à Constantinople, qui tenait depuis longtemps que l’autorité suprême de l’Église en matière doctrinale résidait dans un concile œcuménique où toutes les Églises étaient appelées à participer, et en matière de gouvernance entre les mains de la pentarchie, c’est-à-dire du collège formé par les patriarches de Rome, Constantinople, Alexandrie, Antioche et Jérusalem.

Si le patriarche de Rome avait droit à une primauté d’honneur, il en allait de même, d’une certaine façon, de l’empereur de Constantinople au titre de « vice-roi de Dieu sur terre ».

À partir de ce moment, la réunification des Églises devint un sujet de négociation perpétuel jusqu’à la chute finale de Byzance.

Des ruptures politiques

En 1078, soit vingt-quatre ans après l’incident de 1054, le basileus Michel VII (né vers 1050 – †1090) fut renversé par une révolution de palais qui porta au trône Nicéphore Boteniatès (règne 1078 – †1081), lequel annula la promesse de mariage entre le fils de Michel VII et la fille de Robert Guiscard.

Furieux, celui-ci annonça qu’on avait trouvé à Rome le malheureux Michel VII évadé de Constantinople. Le pape prit fait et cause pour ce prétendant et excommunia solennellement l’empereur Boteniatès : c’était la première fois depuis plusieurs siècles qu’éclatait une rupture formelle des liens entre la papauté et la cour impériale de Constantinople.

Alexis Comnéne IEncore une fois, l’épisode n’eut pas tellement de répercussions, Constantinople s’enfonçant dans une guerre civile dont Alexis Comnène (règne 1081 – †1118) sortit vainqueur.

Mais lorsque le pape excommunia également ce dernier et que celui-ci, après avoir fait fermer les églises latines de Constantinople, chercha un rapprochement avec l’empereur Henri IV qui luttait contre Grégoire VII et ses alliés normands, un changement subtil d’alliances se produisit : jusqu’alors, lorsque les choses allaient mal entre le basileus et le patriarche, le premier pouvait toujours s’appuyer sur Rome pour forcer le patriarche à adopter son point de vue.

À partir de ces deux excommunications, basileus et patriarche commencèrent à faire front commun contre Rome.

Des accords ambigus

Urbin II

Urbin II

Les choses changèrent avec la mort de Grégoire VII et l’élection d’Urbain II (pape 1088 – †1099).

Le pape et l’empereur ayant pour des raisons politiques besoin l’un de l’autre, s’ensuivit une décennie de paix et d’amitié entre les deux Églises.

Hélas, la bonne volonté manifestée par le pape fut aussi la cause d’un terrible malentendu

Pour Urbain II, l’union entre les Églises d’Orient et d’Occident signifiait aussi une union contre l’islam. Or, l’idée même de croisade était étrangère à la pensée byzantine. Alors Urbain_II_prêchant_la_croisadeque le pape appelait à un grand rassemblement des peuples chrétiens pour reconquérir Jérusalem et la Palestine, Alexis désirait surtout l’aide d’un nombre restreint de chevaliers bien aguerris pour combattre non l’Islam en général, mais les Turcs qui grugeaient son empire. De plus, l’idée même d’une guerre sainte était inacceptable pour les Byzantins qui ne pouvaient concevoir de guerre « juste » même si elle pouvait s’avérer nécessaire et qui s’étonnèrent toujours de voir les aumôniers accompagner les soldats et, plus encore, des évêques diriger des troupes.

 Croisades et instauration de l’Église latine d’Orient

croisadeLorsque les croisades débutèrent, les deux Églises maintenaient des relations froides mais polies. Chacune d’elle conservait son indépendance dans sa propre sphère géographique sans qu’il soit question de schisme entre elles. Les enjeux étaient effectivement considérables : Constantinople ne perdait pas tout espoir de reprendre pied en Italie du sud grâce à l’hostilité entre la papauté et l’empereur germanique alors que le pape espérait toujours pouvoir replacer l’Église d’Orient dans son giron. Ainsi, Alexis proposa en 1112 de venir à Rome recevoir la couronne impériale et envoya au pape un projet de réunion des Églises – admettant ainsi qu’il existait tout de même une certaine séparation.

Mais, comme il arrivera maintes fois jusqu’au concile de Lyon et au concile de Florence, l’idée achoppa dès que l’on passa du plan diplomatique au plan théologique.

Au début, grâce surtout à la diplomatie du représentant papal, Adhémar du Puy, tout alla bien.  Malheureusement, Adhémar du Puy devait s’éteindre en 1098 ; ses successeurs firent preuve d’une bien moins grande largesse d’esprit.

Exactions latines

Lorsque les croisés prirent Jérusalem, le patriarche Siméon était décédé et ses évêques en exil. Ils choisirent donc l’un des leurs comme patriarche.

Arnold de Choques fut ainsi le premier patriarche latin de Jérusalem.

Sa nomination se révéla une grave erreur, puisqu’il ira jusqu’à torturer les moines orthodoxes pour leur faire confesser où ils avaient caché la vraie Croix lors du départ de Siméon pour Chypre. Son successeur, Daimbert de Pise, fit pis encore : il tenta de réserver l’église du Saint-Sépulcre à l’usage exclusif des Latins et chassa les orthodoxes de leurs établissements à Jérusalem et dans ses environs.

Baudoin I

Baudoin I

Toutefois, le roi Baudoin Ier (1171, empereur latin 1194 – † 1205 ou 1206) se hâta de rétablir les Grecs dans leurs droits. Après lui, la couronne se fit le défenseur des intérêts du peuple contre le clergé latin.

Toutefois, si les relations demeurèrent tendues entre les deux communautés, il est évident qu’à la fin du XIe siècle, tant à Rome qu’à Constantinople, les autorités des deux Églises ne considéraient pas qu’il y ait schisme entre elles.

 La bêtise d’Antioche

CroisadesCe fut à Antioche que les choses se gâtèrent. La capture d’Antioche par Bohémond de Tarente, le fils de Robert Guiscard, mettait le patriarche Jean dans une situation impossible. Bohémond savait que l’empereur tenterait de reprendre la ville et que le patriarche et le peuple prendraient son parti ; Bohémond traita le malheureux patriarche sans ménagement. Lorsque des évêques latins furent nommés aux sièges de Tarse, Artah, Mamistra et Édesse, ils se rendirent à Jérusalem pour être consacrés par le patriarche latin Daimbert,  ignorant l’existence et les droits du patriarche grec d’Antioche. Jean quitta donc Antioche pour se réfugier à Constantinople avec le haut clergé où il démissionna ; l’empereur et le haut clergé lui choisirent un successeur grec. À partir de 1100, il y eut donc deux patriarches pour la Palestine, un patriarche latin occupant effectivement le siège et un patriarche grec en exil, chacun se réclamant de la succession apostolique.

C’est à partir de ce moment que le schisme prit vraiment corps.

Si l’existence de deux patriarches pour le territoire d’Antioche fut la première manifestation d’un schisme, l’appui donné par le pape Pascal II à Bohémond fut la deuxième.

Trahisons

Les relations entre Rome et Constantinople se dégradèrent lorsque Baudoin Ier écrivit au pape Pascal II (règne 1099 – † 1118) en 1102 pour se plaindre du manque de collaboration de l’empereur Alexis. Furieux, le pape prit position pour les Latins. Et lorsque Bohémond de Tarente se rendit à Rome, il n’eut aucune difficulté à convaincre celui-ci de la trahison des croisés par le basileus et de la nécessité de prêcher une croisade, non plus contre les Turcs mais contre Constantinople.

Prêcher une croisade contre l’empire et par conséquent contre l’ensemble des orthodoxes équivalait à considérer ceux-ci comme schismatiques au même titre que les infidèles.

Le schisme entre les patriarcats d’Orient et celui d’Occident se concrétisa ainsi avec la création par les croisés de patriarcats latins dans leurs propres colonies, existant parallèlement aux patriarcats grecs, chaque communauté ne se référant qu’à son propre patriarche

La deuxième croisade(1147-1149)

     Elle devait élargir l’animosité existant entre les autorités politiques et religieuses aux peuples occidentaux et orientaux de la chrétienté.

     Après avoir arraché Jérusalem aux mains des musulmans en 1099, les croisés avaient fondé quatre États latins (Royaume de Jérusalem, Principauté d’Antioche, Comté d’Édesse et Comté de Tripoli) qui se trouvèrent rapidement isolés en Orient. Prêchée par Bernard de Clairvaux, cette croisade était conduite par le roi de France et l’empereur germanique et réunissait des princes de toute l’Europe occidentale.

     Effrayé par la dimension de cette armée qui devait traverser son empire et redoutant une attaque de Roger II de Sicile (1095 – †1154), l’empereur Manuel conclut une alliance avec le sultan seldjoukide Mas`ûd.
Il fut aussitôt considéré comme traitre à la cause chrétienne par les croisés.

     Durant leur passage dans les Balkans, les armées germaniques se livrèrent au pillage, si bien que lorsqu’elles arrivèrent, les armées françaises trouvèrent vides les points d’approvisionnement préparés par l’empereur à l’intention des croisés. Les deux armées pillèrent les environs de Constantinople, provoquant la colère de leurs habitants.

     Arrivés les premiers à Constantinople, les Allemands ignorèrent les avis du basileus et se dirigèrent vers Édesse à travers l’Anatolie où ils furent mis en déroute par les Turcs près de Dorylée. Instruit par l’expérience germanique, le roi de France décida d’éviter l’Anatolie en choisissant un itinéraire plus long, appareillant pour la Syrie à bord de bateaux siciliens.

Des Byzantins byzantins et des Francs pas francs

     Byzance étant en guerre avec la Sicile, des navires byzantins capturèrent les navires transportant les Francs, y compris les bagages du roi de France qui ne les put recouvrer que quelques mois plus tard.

     Si la deuxième croisade n’eut pratiquement aucun résultat en Terre sainte, elle contribua ainsi à accroître considérablement la rancœur des croisés contre les Byzantins qu’ils accusèrent de complicité avec l’ennemi turc et de mauvaise foi à l’endroit des princes d’Antioche.

     Les Byzantins pour leur part considérèrent les Francs et Germains comme barbares, indisciplinés et peu sûrs, jugement qui s’étendait à l’Église dont ils faisaient partie.

     Il est à noter toutefois que les relations de Constantinople avec les princes latins d’Outremer (sauf pour Antioche), qui comprenaient mieux la géopolitique de la région, demeurèrent excellentes, et que même l’échec de l’expédition en Égypte conduite avec le royaume de Jérusalem en 1169 ne nuisit guère à leurs relations.

     Les choses empirèrent encore avec la mort de Manuel en 1180. En dépit des heurts mentionnés plus haut, l’attitude amicale du basileus pour tout ce qui venait d’Occident, notamment les privilèges octroyés aux marchands génois, vénitiens et pisans, avait provoqué la colère de la population. Elle se traduisit par une tentative de renverser l’impératrice-régente, un atroce massacre de Francs et d’Italiens à Constantinople en 1182, ainsi que le sac de toutes les églises latines et le meurtre du légat papal.

     Quelque cinquante bateaux latins qui se trouvaient au port de Constantinople réussirent à appareiller avec réfugiés, soldats et marchands. Trois ans plus tard, ils prirent leur revanche en mettant à sac Thessalonique.

     Les relations entre Rome et Constantinople furent rompues et ne reprirent que lorsque le nouvel empereur, Andronic (1183 – †1185), fut remplacé par Isaac II Ange (1185 – 1195 et 1203 – 1204). Mais l’alliance conclue par celui-ci avec Saladin continua à lui valoir la haine des Occidentaux, surtout après que Saladin eut reconquis Jérusalem et ait réinstallé un patriarche grec dans la sainte cité en 1187.
     La conquête de Chypre par Richard Cœur de Lion et la subordination du clergé grec au clergé latin dans l’ile aggrava encore cette rancœur.

     Si l’Église constantinopolitaine considéraient que l’Église de Rome s’était séparée des quatre autres Églises de la Pentarchie, il semble bien qu’à la fin du siècle les Latins considéraient pour leur part que l’Église de Constantinople, par son refus d’accepter la suprématie de Rome, était en état de schisme, même si ni l’une ni l’autre partie ne pouvait dire depuis quand précisément ce fossé s’était creusé.

La quatrième croisade

  • La quatrième croisade

    La quatrième croisade

  •      La quatrième croisade devait mettre fin à cette incertitude.
    Innocent III

    Innocent III

    Le pape Innocent III (pape 1198 – † 1216) souhaitait la mise sur pied d’une croisade dès le début de son pontificat. Pour lui, Byzance ne devait pas être prise par les armes, mais, après s’être soumise à Rome par l’union des Églises, devait se joindre aux autres forces chrétiennes pour reprendre la Terre sainte.

     Toutefois, le contrôle de la croisade lui échappa dès que les croisés choisirent comme chef le marquis Boniface de Montferrat (né vers 1150, roi de Thessalonique 1205 – † 1207), ami de l’empereur germanique Philippe de Souabe qui refusait de reconnaître la suprématie pontificale.

« Pour cela on s’adressa à la première puissance maritime, les Vénitiens : ils  se montrèrent  affreux. Le doge Henri Dandolo, vert octogénaire, avait  beau afficher sur son bonnet une  croix plus voyante que celle de n’importe qui, il fut vite évident qu’il faisait de la Croisade une affaire : 85.000 marcs d’or, la moitié de toutes les terres à conquérir, lui Venise flotteparurent tout juste payer le prêt de ses bateaux.
Et quand, après quelques semaines, 136.000 marcs demeurèrent impayés, il s’arrangea  pour que, parqués dans l’île Saint-Nicolas du Lido, les Croisés eussent assez faim pour    comprendre…
Cette maudite dette, les Vénitiens accepteraient d’en tenir quittes leurs amis. A quelle  condition? Bien simple : aller prendre pour eux la ville dalmate de Zara, leur concurrente de  l’Adriatique.

Ainsi fut fait. « Au lieu de gagner la Terre Promise, rugit Innocent III, vous avez eu  soif  du  sang  de  vos  frères!  Satan, le séducteur universel, vous a  séduits. » Et il signifia aux chefs croisés qu’ils étaient excommuniés!

     A ce moment arriva, rejoignant la Croisade, le jeune Alexis, fils du Basileus détrôné Isaac l’Ange, à qui Alexis III avait fait crever les yeux. Par hasard? Le jeune homme agissait-il de sa propre initiative en venant supplier les Croisés de rendre le trône à son père, et en promettant de l’argent (200.000 marcs), des vivres, des soldats, le remboursement de toutes les dettes des Croisés, sans parler de la fin du Schisme?

Comme il était le beau-frère de Philippe de Souabe, adversaire du Pape et excommunié, on se demanda si le coup n’avait pas été prémédité entre eux et Boniface de Montferrat, gibelin  notoire,  pour empêcher qu’une victoire de la Croisade en Palestine ne mît le comble à la gloire d’innocent III. Au surplus, entraîner les troupes contre les Byzantins n’était pas difficile : ces traîtres, ces voleurs, ces criminels, qui, en 1182, s’étaient livrés à un affreux  massacre des Latins, ne méritaient-ils point un châtiment?

     Les Vénitiens, eux,  pensaient au marché  oriental à conquérir… Rares furent donc les Croisés qui s’opposèrent à ce détournement de l’entreprise : parmi les grands, Simon de Montfort fut à peu près le seul à s’indigner.

     Innocent III n’avait pas été tenu au courant, mais il pressentait le mauvais coup. En acceptant de lever l’excommunication, il avait écrit aux Croisés : « Plaise à Dieu que votre repentir soit sincère et qu’il vous empêche de commettre les mêmes fautes I Car celui qui refait, justement, ce dont il se repent, n’est  pas  un  pénitent, mais un trompeur ; c’est un chien qui retourne à son vomissement! » Quand cet avertissement arriva à Zara, l’expédition cinglait déjà vers Byzance. »[1]

     Les croisés durent se plièrent donc aux désirs des Vénitiens et aidèrent ceux-ci à reprendre la ville de Zara (aujourd’hui Zadar), possession du roi de Hongrie, fervent catholique.

Le pape comprit immédiatement son erreur initiale et excommunia les croisés.

Constantinople_les_murailles   Ce que fut l’arrivée des Croisés devant Constantinople, Villehardouin l’a dit en une page  célèbre :

« Alors,  ils  virent tout à plein Constantinople, ceux des nefs et galères et des huissiers; et vous pouvez savoir combien ils la regardèrent, eux qui ne l’avaient jamais vue, car ils ne pouvaient penser qu’il y eût de par le monde une si riche ville, quand ils virent ces hauts murs et ces riches tours qui l’ enclosaient, et ces riches palais et ces hautes églises, dont il y avait tant que c’était incroyable, et la largeur et la longueur de cette ville qui sur toutes était souveraine. »  Et  Je  chroniqueur honnête d’ajouter « qu’il n’y eut homme si hardi à qui la chair ne frémît ».

     En fait, la résistance ne dura guère. Le 17 juillet 1203 l’assaut réussit, Alexis s’enfuit, cédant la place à Isaac et à son fils Alexis IV.
Mais les relations entre occupants et occupés furent ce qu’on pouvait prévoir : arrogantes et vexatoires d’un côté, haineuses de l’autre. Les sujets d’Isaac II et Alexis IV pensaient, non sans raison, que leurs maîtres  les exploitaient au bénéfice des Latins. D’où l’explosion de colère qui, au début de 1204, proclama Empereur sous le nom d’Alexis V l’agitateur Doukas dit Murzuphle, et liquida les deux basileis.

Furieux, les Croisés décidèrent de frapper.

13 avril 1204 : Prise et sac de Constantinople

Et ce fut, le 13 avril 1204, le second siège de Constantinople, le second assaut.

Arrivée des croisés à Constantinople   Trois jours suffirent, mais ce fut atroce. Il faut lire le récit de Nicétas Acominate, pour sentir quelle boue fut jetée sur la Croisade. « Ils  brisèrent les Saintes Images adorées des fidèles. Ils jetèrent les reliques des Martyrs en des lieux infâmes que j’ai honte de nommer. Dans la grande église (Sainte-Sophie), ils brisèrent l’autel fait de  matières précieuses et s’en  partagèrent les fragments. Ils y firent entrer leurs chevaux, volèrent vases sacrés, or et argent ciselés arrachés  de la  chaire,  du pu pitre et des portes. Une fille  publique  s’assit  dans la chaire patriarcale et y entonna une chanson obscène… »
Et le Grec n’exagère pas, car Innocent III, quand il apprit ce sac odieux, laissant éclater son indignation, écrivit de même : « Ces défenseurs du Christ, qui ne devaient tourner leurs glaives que contre les  Infidèles, se sont baignés dans le sang chrétien. Ils n’ont épargné ni la religion, ni l’âge, ni le sexe. Ils ont commis à ciel ouvert adultères, fornications, incestes… On les a vus arracher des autels les revêtements   d’argent, violer les sanctuaires, emporter icônes, croix et reliques »[2]

Prise de pouvoir par les latins

Une fois Constantinople prise et le jeune Alexis installé sur le trône avec son père, il fut bien incapable de tenir ses promesses, les coffres étant vides.

Croisés et Vénitiens se partagèrent alors l’empire.

Empire latin d'orient
  • le royaume de Thessalonique, conquis par Boniface de Montferrat et qui s’étend sur la Macédoine et laThessalie.
  • le duché d’Athènes, dont la capitale est fixée à Thèbes, octroyé à Othon de la Roche, et qui devient la terre d’accueil pour les Latins, qui supplantent les aristocrates grecs.
  • le duché de Naxos, que se constitue le Vénitien Marco Sanudo, neveu du doge Enrico Dandolo, regroupant toutes les îles de l’archipel des Cyclades ;
  • la principauté d’Achaïe ou de Morée, gouvernée par Geoffroi Ier de Villehardouin et partagée en douze baronnies, y compris les terres données aux Hospitaliers, aux Templiers et à l’archevêque de Patras.

Il fut entendu entre eux que si le trône impérial revenait à un croisé, le patriarcat irait aux Vénitiens et vice-versa. Le doge Dandolo réussit à faire nommer le Vénitien Thomas Morosini premier patriarche latin de Constantinople, en lieu et place du patriarche Jean X Camaterus qui alla trouver refuge à Didymotique.

     Innocent III n’avait été consulté ni par les chanoines de Sainte-Sophie nommés par les Vénitiens pour élire le patriarche, ni même consulté sur le choix de Morosini.
Réalisant que le but des croisés n’était pas d’aller en Terre sainte, sincèrement choqué par les massacres de chrétiens -schismatiques mais chrétiens tout de même- il commença par déclarer la nomination de Morosini nulle et non avenue avant de nommer lui-même Morosini patriarche et d’exiger que Rome nomme ses successeurs.

Plusieurs problèmes se posaient au niveau ecclésiastique.

  • La création des États latins et l’arrivée massive de gens venus d’Europe exigeaient la création d’une Église latine avec sa hiérarchie et ses clercs pour s’occuper de ces gens qui ne parlaient pas le grec.
  • Par ailleurs, il existait déjà une hiérarchie grecque s’occupant de la population locale. L’Église grecque ne pouvait ni être simplement abolie, ni latinisée.

     Innocent III ordonna que la hiérarchie grecque puisse exister comme par le passé pourvu qu’elle reconnaisse la suprématie de Rome et inscrive le nom du pape et du patriarche latin de Constantinople dans ses diptyques. C’était trop demander à la plupart des évêques grecs qui prirent le chemin de l’exil et allèrent se réfugier dans les États successeurs d’Épire, de Trébizonde ou de Nicée.

Plus personne ne pouvait douter qu’il existait bien un schisme entre les Églises chrétiennes d’Orient et d’Occident.

Dès lors, une vision péjorative de l’« autre chrétienté », qualifiée de « schismatique », se diffuse dans chacune des églises, d’Orient et d’Occident.

En Orient, les « Latins », aussi appelés « Francs », sont décrits par de nombreux auteurs grecs comme hérétiques, barbares, malodorants, brutaux, rapaces, arrogants : ils inspireront toute une historiographie empreinte d’anti-occidentalisme, qui influencera en partie le panslavisme  et encore plus le slavophilisme. [3]

 Répercutions et résolution

Bartolomew_IEn 2004 le Patriarche œcuménique de Constantinople  Bartholoméos I déclarait à propos du sac de Constantinople:

« En 1204, Constantinople a été saccagée de façon inhumaine et barbare, comme si c’était une ville d’infidèles et non de chrétiens partageant la foi des assaillants. La hiérarchie ecclésiastique latine a été installée dans cette ville comme dans beaucoup d’autres, comme si la hiérarchie orthodoxe n’était pas chrétienne. Il a été proclamé qu’au dehors de l’Église pontificale il n’y a pas de salut, ce qui signifiait que l’Église orthodoxe ne sauve pas les âmes. C’est alors qu’un effort imposant de latinisation – de matrice franque – de l’Église orthodoxe d’Orient a été entrepris. Latinisation qui été réalisée ensuite de façon systématique.

Ce comportement d’une extrême dureté a creusé l’abîme psychologique qui sépare l’Orient et l’Occident. Et c’est ainsi que l’on est arrivé à la situation actuelle dans laquelle de nombreuses Églises orthodoxes, unanimement ou en majorité, contestent la sincérité des intentions unionistes de l’Église catholique romaine à l’égard de l’Église orthodoxe et regardent avec méfiance l’espoir d’arriver à l’union à travers le dialogue. Ils ne voient dans cette tentative qu’un moyen pour l’Église catholique d’absorber les orthodoxes et de les soumettre au Pape. Nous, personnellement, nous considérons que le dialogue est toujours utile et nous espérons qu’il portera ses fruits, même s’ils mûrissent lentement. Au-delà des tentatives humaines de la bonne volonté, nous comptons sur l’illumination de l’Esprit Saint, sur la grâce divine qui guérit les maladies et supplée ce qui manque. »[4]

bartholomee_JP II     Alors que Bartholomée Ier, patriarche de Constantinople, visitait le Vatican, Jean-Paul II a demandé : « Comment pouvons-nous, partager après huit siècles, la douleur et le dégoût ». Cela fut considéré comme une demande de pardon à l’Église orthodoxe grecque du fait du terrible massacre perpétré lors de la quatrième croisade.

     En avril de la même année, dans un discours sur le 800e anniversaire de la capture de la ville, le patriarche œcuménique Bartholomée Ier a formellement accepté les excuses du Pape Jean-Paul II. « L’esprit de réconciliation est plus fort que la haine », a-t-il dit au cours d’une liturgie en présence de l’archevêque catholique romain de Lyon Philippe Barbarin. « Nous recevons avec gratitude et respect votre geste cordial pour les événements tragiques de la quatrième croisade. « Nous recevons avec gratitude et respectons votre geste chaleureux pour les événements tragiques de la quatrième croisade. Il est un fait que le crime a été commis ici, dans la ville il y a 800 ans ». Bartholomée Ier expliqua que son acceptation était issue de l’esprit de Pâques : « L’esprit de la réconciliation de la résurrection … nous incite à la réconciliation de nos Églises. »[5]

Les anathèmes réciproques de 1054 ont été levés le 7 décembre 1965 par le Pape Paul VI et par le patriarche œcuménique Athénagoras Ier
[1] Daniel-Rops : l’Eglise de la cathédrale et de la croisade ; Fayard Paris 1952 revue et édité en 1963 pp533-540
[2] Daniel-Rops : l’Eglise de la cathédrale et de la croisade ; Fayard Paris 1952 revue et édité en 1963 pp 575-578
[3] G. Demacopoulos : Croisades, mémoire, et pardon dans la construction de l’identité chrétienne. Istina 2015-4
S’interrogeant sur les raisons pour lesquelles les événements de la quatrième croisade demeurent une cause de l’animosité des orthodoxes vis à vis des catholiques, l’auteur estime qu’il convient d’y reconnaître un conflit culturel plutôt qu’un déplacement dogmatique.
À partir de l’analyse de deux opinions canoniques de Dèmètrios Chomatenos dans les années 1220, il montre que ces anciennes interprétations canoniques, interdisant explicitement l’unité sacramentelle avec les Latins, étaient commandées par le contexte de la colonisation occidentale qui a suscité une réaction identitaire : les croisades ont produit une rupture dans le discours des chrétiens orientaux les conduisant à introduire une nouvelle considération éthique qui donne la priorité à la préservation de la solidarité
[4] Interview de Bartholomeos Ier, patriarche œcuménique de Constantinople :

Eglise et unité IV: Les tentatives de réunion : du concile de Lyon II (1274) au concile de Florence (1438)

Fin de l’empire latin de Constantinople (1204-1261)   

L’empire latin de Constantinople n’est du début à la fin qu’une longue décadence.
Après la prise de Constantinople par les Francs (1203 et 1204) et la création des états latins d’Orient le chaos s’installa et ce pseudo empire latin de Constantinople eut à sa tête un empereur, Beaudoin de Flandre, sans prise sur ses présumés vassaux[1] et un patriarche, le vénitien Morosini, sans autorité sur ses ouailles qui le rejetaient.
Entre 1204 et 1231, en moins de trente ans, six empereurs vont se succéder. Le dernier, Beaudoin II, un enfant de onze ans,  associé à Jean de Brienne est vaincu en 1261 par Michel VIII Paléologue qui reprend Constantinople, met fin à l’empire latin, et restaure l’empire byzantin[2].

 

Une première tentative de ré-union : Le concile de Lyon II (1274)

 

Gregoire XLe nouveau pape, Grégoire X, est élu le 1er septembre 1271. Dès son élection et alors qu’il est encore à Saint-Jean-d’Acre, il envoie une lettre de soutien à Michel VIII et demande à Charles d’Anjou de stopper ses projets belliqueux contre l’Empire.
Pour parer à cette menace, Michel Paléologue s’allie avec le roi de Castille Alphonse X le Sage, qui est un farouche ennemi de Charles d’Anjou, mais c’est le pape qui est d’un grand secours pour l’Empire : ce dernier, alors qu’il était encore à Saint-Jean-d’Acre, annonce à Michel qu’il est tout à fait d’accord pour un projet d’Union entre les deux Églises à trois conditions :
  1. L’acceptation par l’ensemble du clergé grec de la primauté du pape,
  2. L’appel ultime dans les affaires religieuses à Rome
  3. L’hommage au pape dans les prières publiques.
Michel VIII Paleologue Gold HyperpyronDès lors, Michel VIII se lance dans une vaste campagne pour persuader les hautes instances de l’Église byzantine d’accepter les propositions du pape. Mais l’empereur rencontre une forte résistance. Pour éviter tout échec dans sa tentative d’unir les deux Églises il confirme à Grégoire X que l’ensemble du clergé est d’accord avec ces propositions.
Une ambassade est envoyée au concile de Lyon.

 

Le concile de Lyon

Lyon IIAprès avoir été informé par les trois ambassadeurs byzantins de l’acceptation par l’ensemble du clergé grec de la condition pontificale et la lecture de la profession de foi de Michel VIII comportant le « filioque » tant décrié par les grecs[3], l’Union est officiellement déclarée lors de la quatrième section du concile, le 6 juillet 1274.

 

Une union fragile

Confirmation greque de Lyon IIPour Grégoire X c’est une grande victoire qui fait grandir son prestige. Mais, pour l’empire byzantin, la situation est en tout point différente : les hauts dignitaires byzantins sont farouchement contre l’Union.
Cela n’empêche pas Michel VIII de proclamer l’union des deux Églises le 16 janvier 1276 à la chapelle du palais.

 

L’Union, un but impossible ?

La mort de Grégoire X porte un coup dur à la subsistance de l’Union et la succession du pape est complexe — trois papes en deux ans de janvier 1276 à mai 1278, tous élus sous l’influence de Charles d’Anjou et donc plus ou moins hostiles à l’empire byzantin.
Nicolas III, élu en mai 1278, demande à Michel VIII la soumission de tout le clergé grec sans exception et surtout l’intégration du « filioque » dans le credo orthodoxe.
Le pape envoie donc un légat à Constantinople.
Le basileus arrive quand même à persuader le pape qu’il fait son possible pour que l’Union soit acceptée par tous et demande au pape d’agir pour que Charles d’Anjou stoppe ses projets d’invasion de l’empire byzantin, car, selon lui, cela nuit au bon déroulement de l’Union.
Mais, encore une fois, le pape meurt le 22 août 1280.
Son successeur Martin IV est complètement acquis à la cause de Charles d’Anjou. Cette élection marque la fin de l’Union (Rejetée par Byzance à Paques 1283).

 

Conséquences

Michel Paléologue a tenté d’unir les deux Églises pour, selon lui, empêcher la formation d’une croisade contre l’Empire et dans une plus large mesure en provoquer une contre les Turcs. Mais le ressentiment entre Grecs et Latins est bien trop fort pour faire accepter à l’ensemble de la population de l’Empire le bien-fondé de l’Union. Il est impossible de faire changer d’avis une population par la force et cela les Paléologues le comprennent assez vite.
De plus Michel VIII doit s’opposer à des papes qui, excepté Grégoire X, demandent de trop fortes concessions pour l’Empire.
Jamais donc l’Union lors de la dynastie des Paléologue en général et du règne de Michel VIII en particulier n’aura pu s’établir de manière durable.

 

Causes d’un échec

La base même de l’union, recherchée plus sous la contrainte de nécessités politiques que réellement spirituelle vouait à l’échec une entreprise trop humaine ou les parties n’étaient pas égales et où l’Eglise Romaine a abusée de sa position de force et où le Basileus a été constamment dans le déni de l’opposition de son Eglise à son projet.
Le jugement portée sur la démarche latine par le Père Congar est éclairante : « Manquant de connaissance de l’histoire, peu curieux et peu informé de la pensée des autres, ayant une confiance absolue dans leur formulation théologique et dans le raisonnement qui la fondait, les latins ont manqué d’ouverture à une tradition différente qui de son côté se fixait polémiquement »
Du coté byzantin c’est la structure même de l’Eglise latine qui pose problème qui dans les discutions qui se poursuivront jusqu’au concile de Florence en 1438 et qui peuvent être exprimés en sept point :
  1. Les apôtres ont reçu le même pouvoir et ils sont égaux.
  2. Les apôtres ont tous été envoyés au monde entier, ils ne peuvent donc être liés à un lieu où siège déterminé sauf peut-être le pape pour Rome, siège de Pierre. Mais le pape appartient à l’ordre épiscopal. Il est un évêque comme un autre et ne peut prétendre être l’évêque du monde entier.
  3. L’autorité est exercée au niveau de l’Eglise totale par les cinq patriarches agissant d’accord et collégialement.
  4. Dans ces conditions l’Eglise de Rome ne peut prétendre à la qualité de « tête de l’Eglise » comme si elle possédait une qualité différente des autres Eglises.
  5. En vertu de leur ecclésiologie de communion liée à leur anthropologie de communion, les Byzantins refusent d’admettre un diktat venant de Rome « mater et magistrat » qui leur imposerait quelque chose qu’ils n’aient pas d’abord discuté librement et accepté.
  6. Les Byzantins refusent la valeur « en elle-même » de décisions papales qui ne seraient pas liées aux canons, et contre toute idée de possibilité, pour le pape, de pouvoir choisir, avoir la liberté de faire ce qui lui plaît » sans référence à la pentarchie.»[4]

 

Le concile de Florence (1438)

 

640px-Florence1493

L’Église d’Orient, qui cherche du soutien pour faire face à la menace turque, donne son accord pour participer à un concile œcuménique sous réserve qu’il se situe sur les bords de la mer Adriatique, afin qu’en cas d’attaque turque, les orientaux puissent retourner rapidement dans leur pays. Nicolas de Cues est envoyé en mission à Constantinople pour persuader les Grecs d’assister au Concile.
Le 27 novembre 1437, la délégation grecque envoyée au Concile de Ferrare est conduiteJean_VIII_Paléologue par l’empereur Jean VIII Paléologue.
Bessarion est désigné avec le métropolite d’Éphèse Marc Eugénikos pour défendre la position de l’Église grecque. Si, au départ, il persiste à condamner l’addition du Filioque au Symbole de Nicée par l’Église latine, sa position évolue devant les arguments du dominicain Jean de Montenero, et il plaide pour la réconciliation des Églises devant la délégation grecque en avril 1439.

 

Le 5 juillet 1439, la formule d’entente, la bulle « Laetentur coeli », est signée par les signatures concile florencereprésentants latins et byzantins. Le texte grec comporte trente-trois signataires dont l’empereur Jean VIII Paléologue, le futur patriarche de Constantinople Georges Scholarios, Basilius Bessarion, Isidore de Kiev. Néanmoins, des pressions ont été exercées sur la délégation grecque et l’Évêque Antoine d’Héraclée déclarera après le Concile « avoir mal agi en signant l’union », mais y avoir été forcé.
Le 6 juillet 1439, Bessarion, métropolite de Nicée, lit la version grecque du décret d’Union des Églises à Santa Maria del Fiore. La version latine est lue par le cardinal Giuliano Cesarini. Néanmoins, les ecclésiastiques grecs, situés d’une part de l’autel lors de la messe solennelle célébrée devant tout le Concile, refuseront de communier pour la plupart.

 

Les suites du concile

  • Isidore_of_KievLe métropolite de Kiev, Isidore, a adhéré à l’union des Églises au nom de l’Église russe. De retour à Moscou en 1441, il échoue à imposer l’Union. Le prince Vassili II le fait enfermer dans un couvent et libère l’Église russe de la tutelle des Byzantins.
  • De leur côté, Jean VIII Paléologue et Bessarion, devant l’opposition populaire mobilisée par Marc d’Éphèse, échouent à imposer l’union à Constantinople. La masse du peuple byzantin est contre l’Union des Églises et sa proclamation à Constantinople doit être remise jusqu’au 12 décembre 1452.
  • Les émissaires de Grégoire IX Mousabegian Catholicos de l’Église apostolique arménienne qui siège à Sis en Cilicie acceptent également la réunion avec l’Église romaine par le décret «Exsultate Deo » du 22 novembre 1439.
  • Le 4 février 1442 est signé le décret « Cantate Domino » de réunion entre Rome et l’Église Jacobite d’Alexandrie et de Jérusalem.
  • Le Concile est transféré de Florence à Rome. Il s’y tient deux sessions pendant lesquelles sont publiées des décrets concernant la réunion des Jacobites de Syrie (Décret « Multa et admirabilia » du 30 septembre 1444), des Chaldéens et des Maronites (Décret « Benedictus » du 7 août 1445).

 

Quelques réflexions sur ces échecs[5]

 

 « Dès le retour de la délégation grecque à Constantinople, le « grand écart » entre le petit groupe d’évêques qui ont participé au concile et la masse des orthodoxes devient manifeste. L’union apparaît comme un marchandage qui brade les vérités de foi pour des raisons politiques. Peu à peu, la résistance s’organise. Le mot fameux devenu proverbe (« Mieux vaut voir au milieu de Constantinople le turban turc que la tiare latine ») est le résultat d’une erreur de traduction et d’interprétation : en réalité, le mot employé par l’historien Doukas qui met cette phrase dans la bouche de Loukas Notaras (καλύπτρα) désigne non la tiare latine mais le chapeau italien : le pape n’est donc pas expressément désigné. Il n’empêche que ce proverbe, dans son contresens même, exprime une réalité : les chrétiens en terre d’islam peuvent rester fidèles à leur foi ; la soumission au pape entraine la trahison de la foi (Filioque) et la perte de l’identité grecque et orthodoxe.
 
Le concile de Florence reste dans les mémoires comme une belle occasion manquée, mais il ne fut pas inutile puisqu’une vraie rencontre a eu lieu »[6]

Markos d'Ephese

[1] Daniel-Rops, l’Eglise de la cathédrale et de la croisade, Fayard Paris 1963, pp 578-579
[3] Denzinger/Hünermann : Symboles et définitions de la foi catholique, le Cerf Paris 2010, n° 853
[4] Père Y. Congar op, L’Eglise, Le Cerf Paris 1970 (réédition  1997) pp 263 ss
[5] Marie-Hélène Congourdeau. Pourquoi les Grecs ont rejeté l’Union de Florence (1438-1439) in : B. Béthouart, M. Fourcade, C. Sorrel. Identités religieuses. Dialogues et confrontations, construction et déconstruction, Université du Littoral Côte d’Opale, pp.35-46, 2008, Les Cahiers du Littoral, 2, n9. <halshs-00672233>
[6] J’emprunte cette conclusion à un article passionnant de M-H-Congourdeau historienne spécialiste de Byzance (voir ci-dessus). Pour une information détaillée sur ce concile de Florence : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00672233/document

Eglise et unité V: L’Eglise de la fin du moyen-âge

Le monde vers 1450

Introduction: L’Eglise de la fin du moyen-âge

La vie intellectuelle en occident est marquée par la scolastique cherchant à concilier la foi et la raison et par l’apparition d’universités dans les grandes villes. La philosophie de Thomas d’Aquin, les peintures de Giotto, la poésie de Dante et de Chaucer, les récits de Marco Polo et l’architecture des grandes cathédrales gothiques -comme celle de Chartres- sont parmi les plus grandes réalisations de cette période qui est aussi celle des grandes famines, de la Peste noire et de guerres qui réduisirent fortement la population de l’Europe occidentale.

L’Église catholique traverse de profondes crises théologiques. Les changements culturels et technologiques de la période transforment profondément la société européenne et ouvrent la voie à la Renaissance et par là même à la remise en cause des bases sur lesquelles reposait la société.

        Le monde orthodoxe se développe en dehors de l’occident. Avec la prise de Constantinople en 1453, la Russie devient la puissance dominante en fait, mais non la référence légitime en droit [1].
    L’Église de Constantinople sous la domination turque est à la fois persécutée et tolérée ; les quatre patriarcats traditionnels de Constantinople, Alexandrie, Antioche et Jérusalem, connaîtront alors une existence précaire pendant des siècles. En même temps, les grands centres de spiritualité orthodoxe, en particulier les monastères de Sainte-Catherine au Sinaï et ceux de la  » Sainte Montagne « , le Mont Athos en Grèce, continuent de rayonner même sous la domination musulmane.
     Comme on l’a vu précédemment, en 1439 à Florence, sous la pression de l’invasion de l’empire byzantin par les musulmanes, un concile parvient à réunir le pape, le patriarche de Constantinople et le Métropolite de Moscou, Isidore de Kiev. Les délégations des trois parties s’entendent, mais les Byzantins, et le Grand Prince de Moscou Vassili II, rejettent cet accord.  Ce dernier enferme Isidore de Kiev dans un couvent en 1441. Le mariage, en 1472, de son fils, Ivan III, avec Sophie Paléologue, nièce du dernier empereur byzantin. En conséquence Moscou s’autoproclamera troisième Rome.

A la fin du ème siècle, les deux confessions Catholique et Orthodoxe vont commencer à s’étendre géographiquement de façon indépendante : les catholiques romains vers l’occident par la conquête des Amériques, les Orthodoxes par la poussée russe vers l’Orient

 

La chrétienté occidentale en crise

     papa_clemens_quintusLa crise de la chrétienté médiévale avait débuté avec l’installation du pape Clément V à Avignon en 1309. Il ne devait s’agir que d’un exil provisoire motivé par les troubles civils qui endeuillaient Rome.
Mais le pape, un Français du Midi, s’installe durablement dans sa nouvelle résidence, avec les encouragements du puissant roi de France.

Humiliée par Philippe le Bel quelques années plus tôt, la papauté, il est vrai, n’a plus les moyens de défier les souverains comme autrefois, du temps du combat contre l’empereur allemand pour imposer le règne de Dieu sur terre.

     Avignon connaît ses plus grands fastes sous le pontificat de Clément VI (1342-1352), un moine de la Chaise-Dieu. Dans le même temps débute la guerre de Cent Ans et survient la Grande Peste. Autant de malheurs que les contemporains ne se font pas faute de présenter comme une punition divine à l’égard du Saint-Siège.
     En 1367, Urbain V, ancien abbé de Saint-Victor, à Marseille, se décide à revenir à Rome mais son administration reste à Avignon. C’est seulement en 1377 que son successeur, Grégoire XI, met un terme définitif à la «captivité de Babylone», sur les recommandations pressantes d’une jeune dominicaine mystique, sainte Catherine de Sienne

Le Grand Schisme d’Occident

grand-schisme-doccident

Grégoire XI meurt le 27 mars 1378, peu après son pénible voyage de retour à Rome.

Seize cardinaux s’enferment en avril 1378 pour élire le nouveau titulaire de la chaire de Saint Pierre. Le conclave ne tarde pas à se diviser en trois clans : les Français du nord, ceux du Midi et les Italiens. C’est finalement la populace de Rome qui a le dernier mot. Elle enfonce les portes du conclave et sa colère n’est désarmée que par l’élection à la quasi-unanimité (15 voix sur 16) d’un Italien de 60 ans qui devient pape sous le nom d’Urbain VI.
Excessif, sinon déséquilibré, il soulève immédiatement contre lui la plupart des cardinaux.

Le roi de France Charles V conteste les conditions de l’élection et treize cardinaux, essentiellement français, se réunissent à Anagni, au sud de Rome, pour élire un nouveau pape, Robert de Genève, qui prend le nom de Clément VII et s’en retourne derechef à Avignon.

L’Europe se divise entre «urbanistes» et «clémentistes». C’est le début du «Grand Schisme». Notons qu’il ne touche pas au dogme et laisse indifférents la plupart des catholiques, qui n’ont en matière de religion d’autre interlocuteur que leur curé.

Des chrétiens troublés

Les divisions au sein du Saint-Siège ne vont cesser de s’aggraver dans les années suivantes.

Or, la papauté en lambeaux doit faire face au renouveau des hérésies et à la contestation d’illustres théologiens. L’Anglais John Wyclif et le Tchèque Jan Hus appellent à une réforme de l’Église et à un retour aux commandements de l’Évangile.

 John Wycliff (1330-1384)

john-wycliffNé dans une famille de petite noblesse du Yorkshire, docteur en théologie en 1372.

À partir de 1374, il publie par fascicules une véritable somme théologique dans laquelle il expose sa doctrine :

  • la hiérarchie ecclésiastique : la véritable Église est l’Église invisible des chrétiens en état de grâce. S’ils sont en état de péché mortel, les membres de la hiérarchie, et le pape lui-même, en sont exclus. Wycliff préconise même le tirage au sort de la dignité pontificale. Dieu exerce directement, sans l’intermédiaire du pape, son droit sur les biens terrestres ; les rois n’ont de comptes à rendre qu’à Dieu seul ;
  • la Bible est l’autorité suprême ;
  • les indulgences : un péché ne peut être pardonné sans qu’il y ait expiation et c’est Dieu seul qui pardonne ;
  • en revanche, Wycliff maintient le dogme de la présence réelle du Christ dans la l’hostie consacrée.

On reproche à Wycliff de semer le désordre social. Sa doctrine est condamnée en 1382 par trois synodes tenus à Londres par les dominicains, mais lui-même n’est pas excommunié.

Wyclif envoie de sa propre autorité ses disciples prêcher dans le royaume d’Angleterre ; ils sont appelés « Lollards ». Les Lollards veulent la pratique d’une foi simple et « évangélique » : tout homme doit avoir le libre accès aux Écritures dans sa propre langue. On doit aux Lollards deux traductions de la Bible en anglais.

Ces mouvements annoncent certaines idées de la Réforme protestante (1395 : Requête des Douze Conclusions demandant au parlement l’abolition du célibat des prêtres, de la transsubstantiation, des prières pour les morts, des offrandes faites aux images, de la confession et de plusieurs autres pratiques considérées comme des abus de l’Église catholique romaine.)

Jan Hus (1369-1415)

Tjan_hus_1héologien, universitaire et réformateur religieux tchèque des XIVe et XVe siècles.

En 1402, Jan Hus devient prédicateur à Prague. Influencé par Wyclif, il s’interroge sur les conséquences pratiques de l’obéissance au Christ.

À la chapelle de Bethléem, il prononce des sermons contre « les erreurs du catholicisme », où il préconise une réforme de l’Église. Avec d’autres, il prêche le retour à une Église apostolique, spirituelle et pauvre. Il soutient que la réforme de l’Église doit passer par le pouvoir laïc. Ces propos trouvent un écho favorable dans la noblesse, qui y voit l’occasion de s’approprier les biens ecclésiastiques.

Jan Hus se trouve bientôt à la tête d’un mouvement national de réforme. Il prend publiquement la défense des écrits de Wyclif, condamnés par une bulle pontificale du 20 décembre 1409 qui ordonne leur destruction et l’interdiction de prêcher leur doctrine.

Son excommunication en 1411, sa condamnation par l’Église pour hérésie, puis sa mort sur le bûcher le 6 juillet 1415, lors du concile de Constance, déclenchent la création -et la répression- de l’Église hussite.

Le protestantisme voit en lui un précurseur.

 Le concile de Constance

concile-de-constance

La restauration de l’autorité pontificale se fait pressante. La France, principale puissance de l’époque, serait susceptible d’y contribuer mais elle est ravagée par la querelle et bien incapable d’agir.

Il faut attendre 1415 pour que l’empereur allemand Sigismond, excédé, impose enfin la réunion d’un concile sur les bords du lac de Constance. Pas moins de 70.000 personnes se déplacent pour l’occasion.

À Constance, le collège des cardinaux révoque les trois papes du moment et en élit un et un seul. Celui-ci, Oddone Colonna, appartient à la noblesse romaine. Comme il n’est pas encore prêtre, on répare cet oubli en lui conférant hâtivement le sacrement de l’ordination. Prenant le nom de Martin V, le nouveau pape s’établit définitivement à Rome. Son élection, le 11 novembre 1417, met pratiquement fin au Grand Schisme.

Consécutif à l’exil de la papauté à Avignon, ce conflit de personnes au sein de la haute hiérarchie de l’Église catholique a affaibli celle-ci. Il a permis l’émergence de mouvements contestataires et, à plus long terme, de la Réforme protestante.

Une réforme qui se fait attendre

Un nouveau concile se réunit à Bâle le 3 mars 1431, à l’initiative du nouveau pape en vue de réformer l’Église, voire de réunir les Églises d’Orient et d’Occident, les orthodoxes et les catholiques. Malheureusement, cette réforme ne viendra pas car le pape Eugène IV, successeur de Martin V, n’en a cure et dissout le concile.

nicolaas_v_door_peter_paul_rubens

Notons que certains pères conciliaires s’insurgent contre cette décision. Ils se transportent à Constance, où ils élisent à la papauté le duc Amédée VIII de Savoie. Le dernier des antipapes prend le nom de Félix V. La chrétienté voit resurgir le spectre du schisme. Heureusement, celui-ci n’a guère de soutiens et le bon Félix V finit par se défaire de son autorité entre les mains du pape Nicolas V.

C’en est bien fini des papes et des antipapes qui se sont entre-déchirés pendant un demi-siècle, entre Rome et Avignon. Il n’empêche que le mal a été fait. La révolution religieuse en germe dans l’Empire allemand triomphera un siècle plus tard avec Martin Luther.

 La France en profite…

En publiant le 7 juillet 1438 la «Pragmatique sanction» de Bourges qui lui permet de choisir lui-même les évêques français et de contrôler leurs activités, le roi de France Charles VII profite de la faiblesse du Saint-Siège pour donner corps au «gallicanisme» : au pape ce qui relève de la foi ; au clergé français et à son souverain ce qui relève de l’administration de l’Église française.

La pragmatique sanction

Une édition post incunable 1503 PRAGMATICA SANCTIO, Philippe Pigouchet, Jean Parvi, Paris, 1503 ;     Cette ordonnance reprend, avec quelques modifications, une vingtaine de décrets pris par le concile de Constance dans l’esprit duquel elle s’inscrit et donne un statut particulier à l’Église de France.
Elle constitue en quelque sorte une alliance entre le souverain et le clergé, limite les prérogatives du pape en réaffirmant la suprématie des conciles qui ont clairement défini les pouvoirs du Saint-Siège.
     La royauté obtient de pouvoir « recommander » ses candidats aux élections épiscopales et abbatiales auprès des chapitres. L’ordonnance de Bourges établit aussi des juridictions permettant de limiter les appels (souvent onéreux) faits à Rome. Enfin, elle fixe un âge minimum pour devenir cardinal, réduit la possibilité du pontife de lever un certain nombre d’impôts (suppression des annates) et restreint les effets de l’excommunication et de l’interdit.
Bien que se référant à Rome, l’Église de France acquiert une grande autonomie. Le roi s’assure la loyauté du clergé français.
Cependant, la Pragmatique Sanction est inacceptable pour le pape, malgré le soutien apporté par Charles VII à Eugène IV contre l’antipape élu par les irréductibles de Bâle. Privé de précieux revenus, le Saint-Siège demande l’abrogation de la Pragmatique Sanction, ou du moins que celle-ci soit sérieusement amendée. On entame des discussions interminables. Le pape envoie sur place son légat Pietro Del Monte, en vain. La Pragmatique Sanction est acceptée par le clergé français et par la plupart des parlements.

Concordat de Bologne (1516)

     Le successeur de Charles VII, Louis XI, abolit la pragmatique sanction en 1461, pour ménager Pie II. Il la rétablit en 1464 pour protester contre les excès de la politique pontificale, puis l’abolit de nouveau en 1467 et conclut enfin, en 1472, un concordat qui rendait à Sixte IV des droits illusoires en échange d’un appui diplomatique dans les affaires italiennes. En 1478, la pragmatique sanction est rétablie par le concile gallican d’Orléans.
Finalement, François Ier et Léon X signent en 1516 le Concordat de Bologne par lequel le roi est reconnu comme le véritable maître de l’Église de France.

 

1492

2 janvier : entrée des Rois catholiques dans Grenade, qui marque la fin de la Reconquista.
reconquista2
26 juin : première ascension du Mont Aiguille par Antoine de Ville, seigneur lorrain                            de Domjulien et Beaupré et capitaine du roi, sur ordre de Charles VIII, roi de                         France.
             Cet exploit est généralement considéré comme l’acte de naissance de l’alpinisme.
18 août : publication de la Grammaire castillane d’Antonio de Nebrija, première grammaire
               d’une langue vernaculaire écrite en Europe.
12 octobre : découverte de l’Amérique. Arrivée de Christophe Colomb, parti de Palos le  1492_La découverte des Amériques3 août en compagnie des frères Martin et Vincent Pinzón à bord de la Pinta, de La Niña et de la Santa María.
  Le 12 octobre, ils atteignent l’île de       Guanahani (Bahamas), baptisée San   Salvador.  Aux Bahamas, Colomb rencontre les Indiens Arawak. Ils vivent dans des communautés villageoises et pratiquent la culture du maïs, de l’igname et du manioc. Ils savent filer et tisser mais ne connaissent pas le cheval et n’utilisent pas d’animaux pour le labour. Ils ignorent l’acier, mais portent de petits bijoux en or aux oreilles.

C’est le moment charnière entre le moyen-âge et la renaissance: Face aux « grands » du royaume  et aux chevaliers vont surgir « cinq figures d’aventuriers: le marchand, le mathématicien, l’artiste, le découvreur » [2] qui vont façonner le monde de demain. (Voir le passionnant livre de Jacques Attali: 1492 [3])

 

La chrétienté grecque en ruines

Michel VIII Paléologue (-1282) qui s’est emparé du pouvoir (1259) au détriment de la dynastie légitime devient le refondateur de l’Empire byzantin. Toutefois, l’Empire byzantin est loin d’être rétabli dans ses frontières d’avant 1204. Une grande partie de la Grèce est toujours détenue par le despotat d’Épire et par d’autres États francs (la principauté d’Achaïe et le duché d’Athènes). De même, les Italiens dominent l’espace maritime et les îles de la mer Égée par le biais notamment du duché de Naxos. Ainsi, Byzance n’est plus la grande puissance d’autrefois, mais seulement un État important à l’échelle régionale.

Grâce à une politique étrangère audacieuse mais très coûteuse, Michel VIII parvient à préserver les frontières de l’empire et à empêcher la formation d’une nouvelle croisade occidentale contre son empire, grâce notamment à sa politique en matière religieuse. Il est partisan de mettre fin au schisme de 1054, une vision impopulaire mais qui devient rapidement un enjeu politique majeur. Son fils Andronic II (1282-1328) face aux finances à sec et à une armée en sous-effectif, est contraint de céder peu à peu tous les territoires d’Asie Mineure avant qu’une guerre civile (1321-1328) avec son petit-fils Andronic III Paléologue (1328-1341) ne le chasse du pouvoir.

Le nouvel empereur au tempérament guerrier tente sans succès de sauver les dernières possessions asiatiques de l’empire mais il est défait lors de la bataille de Pélékanon (1329). L’Empire byzantin devient dès lors strictement européen, un fait qui se confirme par la conquête du despotat d’Épire en 1337.

En 1359 l’Empire byzantin se réduit à la Thrace, la Chalcidique, Mistra, quelques îles Égéennes, le sud de la Crimée et Philadelphie en Asie Mineure.

La guerre civile de 1341 à 1347 épuise les maigres ressources de l’empire. Si Jean VI en sort vainqueur, il règne sur un empire exsangue, privé des ressources commerciales qui ont fait la richesse de l’empire et finit par abdiquer en 1354, date à laquelle les Ottomans s’emparent de Gallipoli et s’installent de manière durable en Europe.

Il ne faut que quelques années pour que les possessions de l’Empire byzantin se réduisent à sa capitale, aux environs directs de celle-ci, à Thessalonique (qui chute en 1387) et au despotat de Morée qui s’étend sur une partie du Péloponnèse.

empire_byzantin_1389

Les empereurs byzantins désormais vassaux de l’Empire ottoman tentent de faire appel à l’aide de l’Occident pour susciter une croisade. Finalement, Bayezid Ier met le siège devant Constantinople en 1394 et Manuel II Paléologue (1391-1425) entame un long voyage en Europe pour demander de l’aide. Une armée occidentale est cependant lourdement vaincue à Nicopolis en 1396 et seule la victoire d’Ankara de Tamerlan sur les Ottomans en 1402 sauve l’Empire byzantin.

L’avènement de Mourad II en 1421 marque la fin de ce bref répit. Pour sauver son empire, Jean VIII Paléologue (1425-1448) fait de nouveau appel à l’Occident et signe l’Union des Églises au concile de Florence pour s’assurer du soutien de la papauté. Toutefois, une nouvelle armée occidentale est défaite à Varna en 1444 et la perspective d’une aide occidentale s’éloigne. L’arrivée au pouvoir de Mehmed II en 1451 met directement en péril la survie même de l’empire. Le nouveau sultan s’est en effet fixé pour objectif la ville de Constantinople.

prise-de-constantinople

Après de longs préparatifs, il vient mettre le siège devant Constantinople
au début du mois d’avril 1453, et prennent la ville le 9 mai 1453. Constantin XI (1448-1453) est tué lors des derniers combats et en s’emparant de Constantinople, Mehmed II met fin à plus de 1 000 ans d’histoire byzantine.

Après la chute de Constantinople

gennadios_ii_and_mehmed_ii

Dès le troisième jour après la conquête, le sultan entreprend un repeuplement par « importation » de prisonniers. Toutefois, l’acte le plus important dans cette direction fut assurément le rétablissement du patriarcat grec orthodoxe . Mehmed II avait enquêté dès l’été 1453, durant son séjour à Edirne, sur une personne – de préférence anti-unioniste – capable de se mettre à la tête des chrétiens orthodoxes. Le nom de Georges Scholarios, disciple de saint Marc d’Ephèse, lui avait été suggéré par son entourage. Celui-ci était prisonnier et se trouvait dans un village près d’Edirne. Le sultan l’a fait aussitôt racheter et emmener à Constantinople. Scholarios fut intronisé le 6 janvier 1454 avec le nom de Ghennadios II

 

[1] Jonas est nommé métropolite de Moscou et de toute la Russie en 1448 sans le consentement de Constantinople. En 1589, le régent Boris Godounov qui mène une politique d’indépendance de la Russie créera le patriarcat de Moscou : l’Église orthodoxe de Russie devient alors autocéphale
[2 et 3]   Jacques Attali, 1492, éd. Fayard, Le livre de poche 9563, Paris 1993

Eglise et unité VIa: Un siècle de réformes 1450-1550 (1ère partie)

Un siècle de réformes 1450-1550 (1ère partie)

Chronologie

  • 1507 : Guillaume Briçonnet accueille à Meaux Jacques Lefèvre d’Étaples qu’il fréquente depuis 1505.
  • 1515-1516 : Martin Luther donne un cours sur l’épître de Paul aux Romains.
  • 1516 : Ulrich Zwingli rencontre Érasme et l’imprimeur Froben à Bâle.
  • 1517 : Martin Luther publie ses 95 thèses.
  • 1520 : Martin Luther publie ses principaux écrits réformateurs :
    • La Papauté de Rome ;
    • L’Appel à la noblesse chrétienne de la Nation allemande pour l’amélioration de l’ordre chrétien ;
    • De la Captivité babylonienne de l’Église ;
    • La Liberté chrétienne.
  •  1521 :
    •  L’empereur Charles Quint promulgue l’Édit de Worms pour interdire le luthéranisme..
    • Les thèses de Martin Luther sont condamnées par la Sorbonne.
    • Le cénacle de Meaux, expérience évangélique, est fondé à la demande de l’évêque de Meaux Guillaume Briçonnet .
  • 1522 :
    • Les publications d’Ulrich Zwingli le font connaître en dehors de Zurich.
    • Martin Luther publie la traduction en allemand du Nouveau Testament.
  • 1523 :
    • Jacques Lefèvre d’Étaples publie la traduction en français du Nouveau Testament à partir de la Vulgate.
    • Zürich est le premier canton suisse à passer à la réforme, grâce à Zwingli.
  • 1524 : Martin Bucer met en place un culte réformé à Strasbourg 
  • 1528 : Jacques Lefèvre d’Étaples publie la traduction en français de l’Ancien Testament à partir de la Vulgate.
  • 1529 : Bâle passe à la réforme. Glaris, Berne, Bienne, Schaffhouse et Saint-Gall suivent. « Protestation » des princes luthériens lors de la seconde Diète de Spire. La République de Mulhouse adopte la réforme inspirée par Ulrich Zwingli (puis par la suite par Jean Calvin) comme unique doctrine d’État.
  • 1530 :
    • Présentation de la confession d’Augsbourg, texte fondateur du luthéranisme.
    • Meaux devient la première paroisse protestante organisée de France.
  • 1531 : Les cantons suisses catholiques attaquent les Zurichois et les battent. Zwingli est tué.
  • 1532 : Au synode de Chanforan, l’église vaudoise fusionne avec les églises réformées. Jean Calvin, converti en 1531, commence à prêcher dans Paris.
  • 1533 : Discours de Nicolas Cop, recteur de la Sorbonne, écrit par Calvin. Scandale. Exil de Calvin.
  • 1534 :
    • Martin Luther publie la traduction en allemand de l’Ancien Testament.
    • Affaire des Placards ; la politique royale française devient répressive.
  • 1536 :
    • Calvin publie à Bâle l’Institution de la religion chrétienne, sans mention de la prédestination.
    • Calvin s’installe à Genève où la Réforme vient d’être adoptée.
  • 1538 :
    • Calvin, banni de Genève en 1538, s’installe à Strasbourg, où il collabore avec Martin Bucer et enseigne dans le collège humaniste nouvellement créé.
  • 1541 : Calvin revient à Genève et y installe une république calviniste dans la ville.
  • 1542 : création de l’Inquisition romaine par Paul III.
  • 1545 :
    • Ouverture du concile de Trente.
    • Le massacre de Mérindol, lors duquel 3 000 Vaudois du Luberon meurent, déclenche l’émoi et une enquête royale.
  • 1546 : mort de Martin Luther.
  • 1552 : Calvin publie De la prédestination éternelle de Dieu.
  • 1555 (25 septembre) : la Paix d’Augsbourg est signée ; elle donne une existence légale aux villes ou aux États luthériens dans l’Empire.
  • 1561 : colloque de Poissy, tentative de conciliation entre théologiens catholiques et protestants français ; le colloque échoue sur la question de la transsubstantiation.
  • 1562 :
    • Calvin publie La congrégation sur l’élection éternelle.
    • massacre d’un rassemblement de Huguenots à Wassy ; début des guerres de religion en France.
  • 1563 : fin du concile de Trente.

 

Un climat délétère

 

Les conciles du XVe siècle ne peuvent prendre de décision efficace tant l’autorité du pape est affaiblie.
De fait, les fidèles ne reprochent pas au clergé de mal vivre mais de mal croire.
Et le pape répond mal aux angoisses des fidèles. Depuis le XIVe siècle et la grande peste, les fidèles vivent dans la crainte de la damnation éternelle.
enfer_ecole-portugaiseLa peur de la mort et de l’enfer a comme conséquence le développement du culte marial, du culte des saints, des reliques, des pèlerinages, des processions, et la pratique des indulgences. Le but est de gagner son paradis sur la terre même au prix d’un séjour au purgatoire.
À la fin du XVe siècle, les indulgences sont un moyen de plus en plus en vogue pour réduire le nombre des années passées par une âme au purgatoire après sa mort. Ainsi, l’électeur de Saxe, Frédéric le Sage, futur protecteur de Luther, possède 17 443 reliques, censées lui épargner 128 000 années de purgatoire.
Mais les indulgences sont ensuite vendues : « dès que l’or tombe dans la sébile, l’âme s’échappe du purgatoire ». De plus en plus, le fidèle se confesse non pas poussé par la conscience de sa faiblesse mais par peur de la punition après la mort.

À côté de la multiplication de ces pratiques, la Bible, proclamée en latin lors des messes, n’est accessible aux fidèles qu’à travers les commentaires des clercs, d’où il s’ensuit une perte de sens.

À partir du milieu du XVe siècle, le pouvoir d’achat s’amenuise. Les nobles regardent donc du côté des immenses biens fonciers de l’Église, soit le plus souvent 20 à 30 % des terres cultivables. De plus l’Église continue à condamner dans ses tribunaux ecclésiastiques les profits bancaires et le profit monétaire,  même si ses positions se sont quelque peu assouplies. Les banquiers sont particulièrement nombreux en Allemagne du Sud. Nobles et banquiers sont ainsi moins attachés à l’Église catholique.

pragmatica

Pragmatique sanction éd 1503

Les facteurs politiques ne sont pas absents non plus. Le développement des États se heurte à la puissance temporelle de l’Église. De plus en plus, les princes cherchent à intervenir dans le choix des membres du Haut-clergé, évêques, abbés. En effet, les postes ecclésiastiques sont liés à des bénéfices. Celui qui contrôle l’élection du prélat, contrôle indirectement le bénéfice. L’autorité universelle du pape, proclamée par Grégoire VII depuis 1075, se heurte à l’autorité grandissante du souverain. Ce qui provoque des conflits. (en France la « pragmatique sanction de Bourges » est de cet ordre.)

 

Mais ce qui affaiblit le plus l’Église catholique, c’est la perte de la sacralité. Les fidèles voient trop de fils de prêtres devenir prêtres, trop de clercs s’enrichir aux dépens des laïcs, trop d’évêques vivant comme des grands seigneurs.

 

Les mouvements réformistes avant Luther

La « dévotio moderna »

       La « dévotio moderna » c’est la conversion du cœur et la pratique des vertus

jean-busch-devotio-moderna

Jean Bush

chrétiennes priment. La contemplation perd l’aspect intellectuel et ouvertement métaphysique que lui avaient donné les mystiques rhénans et devient simple prière. Il insiste sur la nécessité du dépouillement préalable de celui qui va prier. Selon lui, il faut avant tout imiter l’humanité du Christ et allier vie active et contemplation.

Le livre “L’Imitation de Jésus-Christ“ est au cœur de cette spiritualité. Le croyant doit demeurer sur Terre pour y agir. Son âme est habitée par le Christ.
La pratique de la dévotion moderne touche de nombreux ordres religieux. Le bénédictin García Jiménez de Cisneros (es) (1455-1510), abbé du monastère de Montserrat en Espagne, écrit le premier ensemble d’exercices systématiques. La plupart des ordres monastiques et mendiants, surtout les franciscains, adoptent la nouvelle spiritualité. Elle survivra à la Réforme protestante et à la Contre-Réforme catholique. Luther a eu de l’estime pour elle. Ignace de Loyola a toujours considéré que la lecture de l’Imitation avait été déterminante pour ses propres Exercices spirituels.

 Guillaume Briçonnet et le « Cénacle de Meaux »

En 1521, il attire autour de lui plusieurs théologiens et prédicateurs, dont notamment guillaume_briconnetLefèvre d’Étaples, Guillaume Farel, Gérard Roussel, Josse Clichtove, l’hébraïsant François Vatable, Martial Mazurier, Michel d’Arande, Pierre Caroli, prédicateur célèbre, et Jean Lecomte de Lacroix. Ils constituent l’école ou le cénacle de Meaux, foyer de réflexion et de réforme de l’Église de Meaux. Il s’agit de retourner aux sources du christianisme, vers l’enseignement originel du Christ en répandant le Nouveau Testament en français : on « délatinise » les textes évangéliques.
Il crée une imprimerie à Meaux, qui publie les ouvrages de Lefèvre d’Étaples : Commentaires des quatre évangiles (en latin) en 1522, Ancien Testament (en français), Homélies, Épîtres, Évangiles, Actes des Apôtres (1523), et Psaumes (1524).
Les textes sont débarrassés de tout apparat critique, et dédicacés au peuple des fidèles chrétiens. Des commentaires sont faits de ces textes, devant des petits groupes de personnes ayant un peu d’éducation. Des prières en langue simple sont imprimées à destination du peuple, ainsi que des ouvrages de vulgarisation à partir de 1525.
Les prêches, qui changent (on ne menace plus de l’Enfer, on ne quête plus à la fin), ont du succès. La Picardie voisine, la Thiérache, le monastère de Livry-en-Aulnoy sont touchés et ce, alors que les thèses de Luther ne sont pas connues en France.
Alors qu’en 1525, il publie les Épîtres et Évangiles pour les 52 dimanches de l’an, ses ennemis eurent plus de succès dans une troisième attaque.
Le groupe de Meaux fut dissous et Jacques Lefèvre dut s’exiler à Strasbourg.

Jacques Lefèvre d’Etaples

lefevre-detaplesNommé en 1520 vicaire de Guillaume Briçonnet, devenu évêque de Meaux
Peu respectueux de la vieille scolastique, cherchant à inspirer le goût de la critique, de l’Antiquité et des langues savantes.
Les novateurs en fait de religion prêchaient le même renouvellement dans les études ecclésiastiques. C’en fut assez pour le confondre avec eux.
À peine le premier orage était-il apaisé, que sa traduction et son commentaire sur le Nouveau Testament de 1523 suscitèrent contre lui d’autres poursuites. Sa traduction s’appuyait bien sur le texte de la Vulgate latine, mais y ajoutait une soixantaine de corrections d’après les originaux grecs. Les docteurs de Paris furent principalement irrités de l’« Épure exhortatoire » qu’il mit en tête de la deuxième partie, où il recommande à tous les fidèles la lecture de l’Écriture sainte en langue vulgaire.
Lefèvre dut s’enfuir à Strasbourg.

 

  Etat des lieux
En ce début de XVIe siècle, l’Eglise d’Occident ne répond plus depuis longtemps aux besoins des fidèles. Trop de compromissions temporelles, trop d’autoritarisme… Les clercs sont ignorants.
Les évêques cumulent des sièges épiscopaux pour gagner de l’argent.
 Les hommes et les femmes du début du siècle vivent dans l’anxiété. La mort et Satan, partout présents, les effraient. La chasse aux sorcières, approuvée officiellement en 1484 par une bulle du pape Innocent VIII, a connu un regain au XVe siècle, et durera jusqu’au milieu du XVIIe.
A cette époque, Dieu lui-même fait peur: de nombreux chrétiens voient en lui un juge impitoyable, qui les condamnera au jour du Jugement dernier.
lucrece-borgia-et-son-fils-hercule-deste

Alexandre VI, sa fille et son petit-fils

 A la Renaissance l’homme prenant conscience de son autonomie n’a plus accepté les dictats du religieux. II faut dire que la Papauté, de Sixte IV à Léon X (à part Pie III qui ne règne que vingt-six jours!) donne l’exemple d’une bande de fêtards, d’escrocs et de chef de guerre tout à fait remarquable. Pour couvrir les énormes frais que requièrent leurs goûts artistiques, ils vendent des indulgences. En les achetant, dit l’Eglise, l’homme obtient la remise des peines impliquées par son péché. Il peut même espérer gagner le Paradis…
Le succès de la réforme sera dû en partie au fait qu’elle prospère sur cet abondant fumier. Le concile de Trente  remettra un peu d’ordre, mais trop peu et trop tard, et pas toujours comme il  faudrait.

 

Les réformateurs:

 

Martin Luther (1483-1546)

lutherLuther effectue ses études à Eisenach puis à l’université d’Erfurt où il commence ses études de droit. En 1505 il est pris dans un violent orage : terrorisé par la foudre qui s’abat à côté de lui, il fait le vœu de se faire moine, s’il en échappe. Quelques jours après, il entre au couvent des moines augustins à Erfurt contre la volonté de son père et à son insu.
Il prononce ses vœux en 1506 et il est ordonné prêtre en 1507. Après un séjour à Wittenberg où il devient bachelier en théologie, il entre au couvent d’Erfurt en 1509.

En 1512, il est sous-prieur à Wittenberg et prépare un doctorat en théologie qu’il obtient l’année suivante : il donne alors des cours de théologie à l’université sur les psaumes et les épîtres aux Romains, aux Galates et aux Hébreux.

En 1513, il devient professeur et en 1515, il est nommé vicaire des Augustins en Allemagne.
Cette même année, dans son Cours sur l’épître aux Romains, Luther exprime sa thèse selon laquelle l’homme est à la fois juste et pécheur.

 

  Les indulgences 
(sur la querelle des indulgences et les 95 thèses voir article connexe ici)

Outre une violente critique des indulgences, contre lesquelles d’autres s’étaient déjà indulgenceélevés, Luther refuse la théologie des œuvres : le pécheur n’est pas pardonné en raison de ses œuvres. Tourmenté par la justice de Dieu qui punit le pécheur, Luther réalise que l’homme est justifié (rendu juste) par la foi qui est un don de Dieu. C’est la révélation que décrit Luther dans l’expérience de la Tour, dont ni la date (entre 1512 et 1519) ni le lieu ne sont connus.

 

La rupture avec Rome

Les thèses de Luther sont attaquées par Jean Eck, vice-chancelier de l’université d’Ingolstadt. Le pape Léon X charge le général des Augustins de ramener Luther à la raison. Luther est sommé de comparaître à Rome mais Frédéric le Sage demande et obtient qu’il soit jugé en Allemagne.

Luther et Cajetan

Luther et Cajetan

Le pape mandate le dominicain Cajetan pour entendre Luther à Augsbourg devant la diète. Après la séance, tenue en octobre 1518, Luther rédige un appel « Du pape mal informé au pape mieux informé » et quitte la ville en secret. Mais le pape répond par la bulle « Cum postquam » qui réfute les idées de Luther et demande à Frédéric le Sage de le livrer. Le prince électeur interdit à Luther de quitter l’Allemagne.

La mort de l’empereur Maximilien en janvier 1519 donne plus d’autorité à sa décision, en effet la charge impériale étant élective, le petit-fils de Maximilien, Charles Ier d’Espagne, le futur empereur Charles Quint, avait besoin du soutien de l’électeur de Saxe pour l’emporter sur l’autre candidat, François Ier.

Mais la polémique reprend. Au cours d’une confrontation à Leipzig avec Jean Eck, Luther affirme que la Bible est la seule autorité. En réponse à son traité « Sur la papauté de Rome », la bulle « Exsurge Domine » du 15 juin 1520 somme Luther de se rétracter.

Celui-ci jette la bulle au feu.

 

La diète de Worms (1521)

Alors que les idées de Luther commençaient à se répandre en Allemagne et hors d’Allemagne, la bulle Decet « romanum pontificem » du 3 janvier 1521 excommunie Luther et ses partisans.

Luther à Worms

Luther à Worms

Malgré les demandes pressantes du nonce, Charles Quint refuse de livrer Luther à Rome mais le convoque en sa présence à la diète de Worms, muni d’un sauf-conduit.

En avril 1521, devant la diète, Luther refuse de désavouer ses écrits : « Je ne puis ni ne veux rien rétracter car il n’est ni sûr ni salutaire d’agir contre sa conscience ». Charles Quint est furieux mais laisse Luther repartir. Pourtant, un mois plus tard, il le met au ban de l’empire.

Frédéric le Sage, qui avait des sympathies pour Luther, le fait alors enlever pour le mettre à l’abri dans son château de la Wartburg, près d’Eisenach, où Luther passe près d’un an, de mai 1521 à mars 1522. C’est pour Luther une période d’intense activité avec de nombreux écrits sur la vie religieuse et la vie conjugale et surtout la traduction du Nouveau Testament en allemand.

 

Vers l’Église évangélique

Luther s’inquiète des profondes transformations de la messe voulues par Carlstadt.  Celui-ci était un réformateur radical qui avait lui aussi, un peu avant Luther, affiché des thèses et pris la tête du mouvement de Réforme pendant que Luther était retenu au château de la Wartburg.

Malgré les consignes de prudence de Frédéric le Sage, Luther retourne à Wittenberg et se met à prêcher avec son habit de moine.

Ne voulant pas heurter les consciences, il introduit graduellement des changements dans la messe. Dans un premier temps il maintient le latin pendant l’office et garde les vêtements liturgiques puis il introduit l’allemand, notamment pour la prédication. Mais Luther tient à retirer à l’eucharistie son caractère de sacrifice. Les fidèles participent par le chant.

En 1523, dans De l’autorité temporelle et des limites de l’obéissance qu’on lui doit, Luther développe la théorie des deux règnes selon laquelle le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel sont complémentaires sans s’exclure : l’un s’adresse aux hommes pieux tandis que l’autre a pour rôle de mater les méchants. Cette distinction, qui écarte la théocratie, convient aux princes allemands attirés par la Réforme.

Le message de Luther trouve aussi un écho favorable dans les villes libres.

 

L’appel à la noblesse et la révolte des nobles allemands (1522)

L’appel de Luther A la noblesse de la nation allemande paru en 1520 et qui traitait des pouvoirs temporels et de l’Église avait suscité des espoirs chez certains nobles qui voulaient s’émanciper de l’empereur, des princes ou des villes libres. Ils pensent trouver un allié en Luther. En 1522 éclate une révolte de nobles allemands qui envahissent les terres de l’évêque de Trèves. Luther, ne voulant pas imposer la Réforme par la force, ne soutient pas la révolte.

 

La révolte des paysans

thomas-munzerEn 1524, des paysans se révoltent en Allemagne du Sud, revendiquant la réduction des impôts et du servage et la souveraineté des Écritures. Ils sont poussés à l’insurrection par Thomas Müntzer, un ancien moine partisan d’une réforme radicale. Face à cette guerre des paysans, Luther appelle à la paix dans son Exhortation à la paix à propos des douze articles de la paysannerie souabe, il dénonce les faux prophètes qui trompent le peuple et condamne la révolte qui ensanglante le centre et le sud de l’Allemagne. Il la traite d’œuvre du diable, alors même qu’il avait été accusé de l’avoir allumée par ses idées. Les paysans révoltés sont battus, la répression est terrible, Müntzer est décapité.

Luther quitte les Augustins en 1525, peu de temps avant son mariage.
Le 13 juin 1525, il épouse Catherine Bora, une ancienne moniale, avec laquelle il aura six enfants.

La première diète de Spire (1526)

En 1525, François 1er avait été vaincu et fait prisonnier à Pavie. Libéré en 1526, il constitue avec l’Angleterre, Florence, Venise, Milan et le pape Clément VII la Ligue de Cognac contre l’Espagne, ce qui affaiblit Charles Quint. Celui-ci doit alors faire des concessions dans l’empire : son frère Ferdinand, qui le représente à la diète de Spire en 1526, accepte la suspension provisoire de la mise au ban de l’empire pour Luther, tandis que les princes obtiennent la liberté religieuse dans leurs états.

Ainsi la nouvelle Église évangélique pouvait s’organiser.

 

L’organisation de l’Église

Sur les territoires des princes et des villes ayant adopté les idées luthériennes, il convenait de visiter les paroisses, qui ne dépendaient plus des évêques, pour veiller aux bonnes mœurs des pasteurs et à l’orthodoxie de leur doctrine et s’assurer de la contribution financière des fidèles. Dès 1524, Jean-Frédéric de Saxe, régent de Thuringe veut désigner des visiteurs. Luther refuse d’abord puis finit par accepter que le prince ou le magistrat municipal désigne une commission d’inspecteurs ecclésiastiques composée de théologiens et d’hommes de loi pour inspecter la vie des communautés de la nouvelle Église évangélique.

Les visites des paroisses révèlent le besoin de l’énoncé d’une doctrine pour préciser la foi. Luther rédige alors deux ouvrages pédagogiques :le Catéchisme allemand ou Grand Catéchisme puis le Petit Catéchisme à l’usage des pasteurs et des prédicateurs peu instruits.

C’est aussi l’époque d’une controverse entre Luther et Érasme qui avait pris position contre la Réforme dans son traité Du libre arbitre (1525).

 

La seconde diète de Spire (1529)

2diete-de-spireAprès le sac de Rome de 1527 par ses troupes mutinées et devant les perspectives de paix avec la France, Charles Quint convoque en avril 1529 une seconde diète à Spire avec une majorité de catholiques. Il veut revenir à l’édit de Worms qui avait banni Luther.

La minorité acquise à la Réforme « proteste » en affirmant qu’elle ne consentirait à aucun acte ou arrêt contraire à Dieu, à sa Sainte Parole, au salut des âmes et à la bonne conscience. De là vient le nom de « protestant ».

 

Le colloque de Marbourg (1929)

Dans l’empire, cinq princes et quatorze villes libres, dont Strasbourg, ont adopté la Réforme.

Vienne est assiégée par les Turcs de Soliman le Magnifique en 1529. Luther est, comme 250px-marburgle prince électeur de Saxe, Jean le Constant, très attaché à l’empire. Il ne souhaitait pas une union politique protestante mais la recherche d’une unité doctrinale lui paraissait utile : c’est l’objet du colloque de Marbourg en octobre 1529 qui aboutit à une déclaration commune mais laisse subsister des avis divergents sur l’eucharistie.

Luther reste attaché à l’idée de la présence réelle, et pas seulement symbolique, du Christ dans le pain et le vin de la communion. En cela il est opposé à d’autres réformateurs, dont Ulrich Zwingli.

 

La Confession d’Augsbourg (1530)

Durant l’été 1530, Charles Quint convoque une diète à Augsbourg pour tenter une conciliation entre catholiques et protestants au sein de l’empire.

confession-daugsburg

confession-d’ Augsburg

Luther se fait représenter par Melanchthon (1497-1560) qui soutient une confession de foi, inspirée des idées de Luther et connue sous le nom de Confession d’Augsbourg ; celle-ci affirme le caractère universel de la foi luthérienne. L’empereur n’accepte pas la Confession et demande aux protestants de revenir au catholicisme. Luther demande alors à Melanchthon de composer une apologie de la Confession d’Augsbourg. Charles Quint mécontent remet en vigueur l’édit de Worms contre Luther et somme les protestants de se soumettre avant le 15 avril 1531.

Les électeurs de Hesse et de Saxe refusent et constituent la Ligue de Smarkalde. L’empereur accepte la trêve de Nuremberg en juillet 1532.

L’unité doctrinale de la Réforme dans l’empire est à nouveau évoquée en 1536 lors du colloque de Wittenberg auquel participent Luther, Melanchthon, Bucer et Capiton : la Concorde de Wittenberg admet que le corps et le sang du Christ sont réellement présents dans le le pain et le vin de la communion. Le courant réformé de Zwingli n’est pas représenté.

foi-lutherienneEn 1537, Luther rédige des thèses doctrinales, dites Articles de Smalkalde, pour préparer la position de la Réforme dans la perspective d’un concile qui ne s’ouvrira à Trente que huit ans plus tard en 1545.

Pendant les dernières années de sa vie il s’en prend violemment aux Turcs, aux papistes et aux juifs.

 

Il meurt le 18 février 1546 à Eisleben, sa ville natale.

Source: wikipedia.org: Réforme protestante