A propos geo

Marié, Catholique, membre engagé dans la Communauté de Chemin Neuf, Co-Président de l'Association Chrétienne Oecuménique de Normandie, délégué à l’œcuménisme et à la promotion de l'unité des chrétiens du diocèse de Rouen

Next Step, un pas de plus

 

« Welcome to Paradise », un des plus grands rassemblements de jeunes chrétiens en France, a réuni près de 2 000 jeunes de différentes nationalités du 4 au 11 août à l’Abbaye d’Hautecombe (en Savoie).

Comme chaque été depuis 1992, la Communauté du Chemin Neuf invite les 18-30 ans à vivre un temps fort spirituel. Cette année, les jeunes sont invités à réfléchir à leur « Next step » (prochain pas) pour avancer concrètement à la suite du Christ. Pour avancer pas à pas sur le chemin de la foi, chacun est invité à se demander : mon « Next step » sera-t-il de consommer bio, de m’engager dans ma paroisse, de prendre un temps de service pour les plus démunis… ?

Cet été le cardinal Tagle, archevêque de manille était invité.

 

 

 

Dialogue entre catholiques et luthériens sur baptême et de la communion ecclésiale

 

du 17 au 24 juillet à Kligenthal, en France.

Le baptême et la communion ecclésiale au centre des travaux de la commission d’étude luthéro-catholique romaine sur l’unité.

Promue par la Fédération luthérienne mondiale et le Conseil pontifical pour la Promotion de l’Unité des chrétiens, cette 5e phase de dialogue s’est terminée après 9 ans de travail.

Baptême et communion ecclésiale
Selon un communiqué de la Fédération luthérienne mondiale, cette dernière rencontre s’est concentrée sur le sacrement du baptême, et plus précisément sur le type de « communion ecclésiale » pouvant exister entre catholiques et luthériens. Une question importante selon le pasteur luthérien Kaisamari Hintikka, au regard des engagements pris conjointement par catholiques et luthériens lors de la commémoration du 5e centenaire de la Réforme à Lund, en Suède (octobre 2016), à laquelle participa le Pape François. L’un de ces engagements avait trait à la « douleur » ressentie par les couples et familles mixtes ne pouvant communier à la même table eucharistique.

Cette question délicate s’est récemment retrouvée au premier plan avec la publication d’un document émanant de la conférence épiscopale allemande et se prononçant en faveur de l’accès à la communion pour les conjoints non-catholiques de couples mixtes. Ce texte, qui n’avait pas fait l’unanimité au sein des évêques, avait été soumis au Saint-Siège. Sollicité, le préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, le cardinal Luis Ladaria Ferrer avait alors estimé que de document n’était « pas mûr », et qu’il devait être approfondi.

Des décennies de travail commun
Le rapport de la réunion de Kligenthal sera publié au cours des premiers mois de l’année 2020.
Cette commission luthéro-catholique, -actuellement présidée par l’évêque luthérien finlandais Eero Huovinen et l’évêque catholique britannique William Kenney-, a été instituée en 1967 et a produit, au cours des années suivantes, des documents notables, comme la «Déclaration conjointe sur la doctrine de la Justification par la foi», signée en 1999, ainsi que «Du conflit à la communion», publié en 2013, qui établissait la possibilité d’une commémoration commune du 5e centenaire de la Réforme luthérienne.

 

Article publié par Vatican News

 

 

Visite de sa sainteté Tawadros II, Pape d’Alexandrie en France

Le dimanche 13 octobre 2019,

 

 

Sa Sainteté Tawadros II (Théodore) pape d’Alexandrie et patriarche de la prédication de saint Marc, de l’Église copte orthodoxe, a fait sa première visite en France.
Il a consacré l’autel de la Sainte Vierge Marie et de l’archange Raphaël dans l’ancienne chapelle catholique Marie Médiatrice de Draveil.
Ce lieu est devenu depuis 2017 le siège du Diocèse copte orthodoxe de Paris et du nord de la France dont l’évêque est Son Éminence Mgr Amba Marc.

Célébration à Moscou de la réunification de l’Archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale avec l’Église orthodoxe russe

Remise de la lettre patriarcale et synodale de la réunification de l’Archevêché des églises orthodoxes russes en Europe occidentale avec l’Église orthodoxe russe.

L’archevêque Jean de Doubna a été élevé à la dignité de métropolite

Source orthodoxie.com

 

 

Aujourd’hui, dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, s’est déroulée la divine liturgie présidée par le patriarche Cyrille avec 16 métropolites et évêques à laquelle ont participé Mgr Jean de Doubna ainsi que des clercs de la délégation de l’Archevêché.

Au cours de la liturgie, le patriarche Cyrille a remis la gramata (lettre patriarcale et synodale) de la réunification de l’Archevêché avec l’Église orthodoxe russe. De plus, l’archevêque Jean de Doubna a été élevé à la dignité de métropolite, selon les termes alors prononcés par le patriarche Cyrille : « Eu égard à la ferme position au nom de la vérité canonique et au travail pastoral ».

À la fin de la liturgie, après le discours du patriarche Cyrille, réponse de Mgr Jean (à découvrir en suivant le lien ci-dessous) :

Mouvement de Pasteurs à Rouen

Départ du pasteur Loïc de Putter de l’Eglise Protestante Unie d’Elbeuf après 6 ans de service

Le pasteur Loïc de Putter, a quitté notre Eglise locale d’Elbeuf, où il a exercé son ministère pendant 6 ans, début juillet 2019 pour rejoindre l’Eglise Protestant Unie d’Angers.

Nous nous sommes réunis le 23 juin, pour notre fête annuelle, au temple, autour du pasteur et de sa famille, pour célébrer ce temps passé ensemble et leur souhaiter « bon vent ».

Au cours du culte festif, avec la participation de plusieurs musiciens et de la chorale Elicante de Rouen, le pasteur a prêché sur « le dernier… », en citant et expliquant plusieurs passages de la Bible.

Des amis des églises protestantes de Rouen, d’Evreux, de l’église malgache et de l’Eglise catholique se sont joints à la fête.

Jusqu’à l’arrivée d’un nouveau pasteur, notre église d’Elbeuf sera animée par son conseil presbytéral.


Arrivée de la Pasteure Odile Roman-Lombard de l’Eglise Protestante Unie à Rouen

in « Le Lien fraternel » du 10/09/2019

Un chemin de confiance


Arrivée comme deuxième pasteur sur le poste de Rouen pendant l’été, j’ai commencé à découvrir la paroisse de Rouen avec joie et suis très reconnaissante pour l’appartement si bien refait qui nous a accueillis et les premiers échanges que j’ai pu avoir avec les uns et

Mon mari Etienne et moi avons trois garçons de 15, 18 et 20 ans. L’aîné poursuit des études supérieures, le deuxième part en service civique avec le DEFAP et le troisième ira au lycée.

Nous avons vécu à Cognac, Tournon sur Rhône puis Fontainebleau où j’ai été pasteur pendant respectivement 7, 7 et 10 ans et je me réjouis de vivre un nouveau ministère avec vous. J’aime particulièrement l’étude de la Bible, l’exégèse mais je prends aussi plaisir au partage des textes bibliques dans la richesse des interprétations.

Pas facile ce temps de rentrée, avec l’inconnu d’une nouvelle année scolaire. Ce sera le Josué aux chapitres 3 et 4 qui nous accompagnera. Après 40 ans dans le désert, le peuple d’Israël est prêt à entrer en terre  promise et à s’y installer : changement, nouveauté, … cette traversée du Jourdain symbolise une étape décisive de la vie du peuple.

Dieu invite Josué à ritualiser la traversée de ce petit cours d’eau pour lui donner le courage d’avancer. Ce qui est intéressant c’est que le peuple n’a qu’à suivre le coffre de l’alliance porté par les prêtres. Il ne s’agit pas d’être un aventurier prêt à s’engager courageusement dans un fleuve impétueux, ne redoutant ni les trous d’eaux ni les courants inconnus, mais de marcher en suivant… , en empruntant un chemin de confiance, un chemin à pied sec.

Odile Roman-Lombard

 

 

Rencontres 2020 : « Frères et sœurs dans la Bible »

Caïn et Abel, Jacob et Esaü, Marthe et Marie,
les frères et sœurs dans la Bible sont nombreux.
Que nous enseignent-ils de leurs réalités ?
Quel est le sens de la Fraternité dans les Écritures ?

Tout au long de l’année 2020, l’association « La Bible à Rouen », va aborder le thème :

« Frères et sœurs dans la Bible »

Venez nous rejoindre pour une première rencontre

lundi 10 février 2020 à 20h15
45 rue de Buffon à Rouen

Site: labiblearouen.org

Le réseau caennais christianisme intérieur

Présentation

Le réseau caennais christianisme intérieur n’est pas un mouvement ou une communauté chrétienne de plus, il n’est pas une association.
Il fonctionne comme un réseau ouvert, animé par des chrétiens issus des trois confessions chrétiennes.
Il désire être un outil d’échanges entre communautés,  entre  chrétiens  en recherche que ce soit au sein des communautés ou se situant aux portes des Eglises.
Il souhaite pouvoir faciliter pour chacun, le chemin de l’intériorité chrétienne.
Les animateurs du réseau proposent des activités (groupes de lecture, conférences…) mais surtout font connaître toutes les initiatives caennaises rentrant dans la perspective du christianisme intérieur.
En 2019 quatre cents personnes sont informées régulièrement par mail des activités des partenaires du réseau.

 

Depuis Saint Paul (Rom. 7, 22 et Eph. 3, 16) le travail de l’homme intérieur est défini comme la lutte personnelle contre les agitations qui nous perturbent et l’ouverture du fond de l’âme à Dieu. Le chemin du cœur est, en Christ, rencontre de Dieu et communion avec toute la création. Les grandes figures du christianisme intérieur d’Orient et d’Occident n’ont cessé de lier montée vers Dieu et amour du prochain, amour du cosmos.

Les chrétiens en quête intérieure de Dieu se savent aujourd’hui engagés dans l’histoire de notre civilisation en danger. Cet engagement est à la fois sociétal et intérieur. Nul ne peut faire le procès à ceux qui sont en quête d’intériorité de se positionner hors de la fraternité humaine. A contrario, toute quête de métamorphose de notre humaine condition, hors d’une démarche d’intériorité n’est que la reproduction des maux qui nous mènent à la catastrophe.

Mais constatons que depuis plusieurs siècles l’histoire moderne occidentale a progressivement réduit l’héritage spirituel, mystique du christianisme à la morale et la piété. Elle a oublié le chemin du cœur et l’expérience des grands maîtres du christianisme intérieur qui ont jalonnés l’histoire chrétienne. Peu de chrétiens ont une réelle connaissance de l’héritage spirituel du christianisme, beaucoup de nos contemporains font un détour par les spiritualités d’Extrême Orient ou d’autres approches en cherchant à tâtons – nous osons l’écrire- ce que le christianisme ne transmet plus ou fort mal.

Les activités présentées par les partenaires du réseau christianisme intérieur ont trois objectifs: 

  • Faciliter le partage de nos cheminements vers un christianisme plus intérieur
  •  Faciliter l’appropriation de l’héritage multiséculaire, mais oublié, du christianisme intérieur. Redécouvrir les figures importantes du christianisme intérieur d’Orient et d’Occident et leur enseignement.
  •  Faciliter pour chacun le chemin vers la pratique de l’intériorité chrétienne en acceptant les détours personnels parfois nécessaires, par des philosophies, des spiritualités, des approches venant d’autres horizons. L’expérience de la prière personnelle, chrétienne, silencieuse constitue un enjeu majeur pour notre temps.

Pour toute information sur le réseau christianisme intérieur prendre contact via l’adresse mail :christianisme.interieur@gmail.com

 

 

 

Atelier oecuménique de lecture des Pères de l’Eglise

Atelier œcuménique de lecture des Pères de l’Eglise
et des mystiques d’occident
Jean-Marie GOURVIL

 

Rencontres mensuelles dont les dates seront fixées lors de la première soirée le mardi 8 octobre à 20h au CET.

En collaboration avec la paroisse orthodoxe St Vigor et St Serge de Colombelles et le Réseau christianisme intérieur,

Rencontres mensuelles au CET dont les dates sont fixées en concertation avec les participants.

Poursuite de la lecture de St Macaire d’Egypte, puis choix en commun d’un thème ou d’un nouvel auteur.

La décision du patriarcat œcuménique de Constantinople de supprimer l’exarchat russe de France et d’Europe occidentale

 

Histoire d’un échec:

La décision du patriarcat œcuménique de Constantinople de supprimer l’exarchat russe de France et d’Europe occidentale n’est pas sans lien avec la reconnaissance de la nouvelle Église autocéphale ukrainienne. Constantinople ne veut pas se voir reprocher d’être en contradiction avec ses propres principes ecclésiologiques.

L’Église de Constantinople prétend exercer sa « sollicitude pastorale » sur tous les fidèles orthodoxes en situation de diaspora, alors que la plupart des Églises orthodoxes nationales veulent pouvoir contrôler leurs diasporas en les dotant d’une hiérarchie épiscopale. C’est cette différence de vue qui amène le patriarcat de Moscou à ériger de son côté un nouvel exarchat – à partir du diocèse qui existe déjà et qui porte le nom de Chersonèse – pour les Russes orthodoxes d’Europe occidentale. » [1]

Ce qui se joue est une question d’interprétation des différentes formes de relations entre pouvoir de juridiction et territoire qui fait question dans les églises orthodoxes[2]. A tel point que ce problème de l’accompagnement pastoral des diasporas qui devait être discuté au concile panorthodoxe de Crète en 2016, avait été retiré du programme, tant la situation était délicate [3]

La décision du Patriarcat de Constantinople de révoquer le tomos de 1999

2018 11 27 _ Décision du patriarcat œcuménique d’abolir le statut d’exarchat de l’Archevêché des Églises Orthodoxes Russes en Europe Occidentale (http://exarchat.eu/spip.php?article2258)( http://exarchat.eu/spip.php?article2315)
La révocation du tomos de 1999 implique donc des bouleversements pour cette communauté, puisque, depuis 1963, ont été constituées par Constantinople des métropoles grecques dans chaque pays où se trouvent les diasporas grecques.

 

Cette révocation va entraîner un certain nombre de réactions ou peu à peu les positions vont se rigidifier :

2019 01 17 _ Mise en garde par un Communiqué du Conseil de l’Archevêché contre les tentatives de débauchage des paroisses de l’ Archevêché par les églises « grecques »: http://exarchat.eu/spip.php?article2310) et lettre du Conseil de l’Archevêché contestant le droit du Patriarcat œcuménique à  dissoudre l’Archevêché: (http://exarchat.eu/spip.php?article2314)

2019 02 23 _ Le conseil de l’Archevêché refuse sa dissolution: (http://exarchat.eu/spip.php?article2333)

2019 08 31 Plusieurs solutions sont proposées en Assemblée Générale Extraordinaire: (http://exarchat.eu/spip.php?article2393)

2019 09 07 _ Projets de rattachement au Patriarcat de Moscou seule garantie de conservation d’une certaine autonomie de l’Archevêché: (http://exarchat.eu/spip.php?article2396)

2019 09 14 _ Pour sauvegarder l’intégrité de l’archevêché, l’Archevêque Jean prend la décision de le réunir au Patriarcat de Moscou. (http://exarchat.eu/spip.php?article2400)

Ce même jour Le Saint-Synode du Patriarcat de Moscou reçoit dans sa juridiction l’archevêque Jean, avec le titre d’archevêque de Doubna, ainsi que le clergé et les communautés de l’Archevêché ce qui -après tout- n’est que le retour d’une partie de l’église de Russie que la révolution d’octobre 17 avait éloigné. (https://orthodoxie.com/le-saint-synode-du-patriarcat-de-moscou-recoit-dans-sa-juridiction-larcheveque-jean-renneteau-ainsi-que-le-clerge-et-les-communaute-de-larcheveche/)

 

Le résultat:

Il n’en reste pas moins que cette affaire laisse l’impression d’une fausse manœuvre de la part du Patriarcat de Constantinople qui montre -mais les autres patriarcats sont dans le même cas- une méconnaissance des réalités de ce qui est vécu dans les églises en diaspora, au point de ne pas pouvoir ne serai-ce qu’en parler ensemble (Le sujet a été retiré de l’ordre du jour du concile de Crête, mais il n’en reste pas moins que  la présence de plusieurs églises et plusieurs hiérarques sur un même territoire est dérogatoire au canons de l’Eglise Orthodoxe et est sensée être provisoire…)
Avec deux conséquences:
  1. Ce qui devait être un acte de consolidation du patriarcat de Constantinople se termine par un renforcement du patriarcat de Moscou et un affaiblissement de la koinona orthodoxe (en grande partie du fait de la brutalité de la décision du patriarcat œcuménique)
  2. Le risque de fracture à l’intérieur de l’ Archevêché des Églises Orthodoxes Russes en Europe Occidentale à la suite de la décision de Mgr Jean de Doubna de rejoindre le patriarcat de Moscou est aussi à considérer, les vieilles blessures de 1917 n’étant pas toutes guéries.

Les ruptures ne sont hélas pas toutes accomplies


[1] Père Jérôme Bascoul. Bulletin Œcuménisme information,Editorial  [En ligne], 9/ 2019, consulté le 16 septembre 2019 https://www.paris.catholique.fr/remous.html

[2] Voir à ce sujet l’article passionnant de Vassillis Pnevmatikakis : PNEVMATIKAKIS Vassilis, La territorialité de l’Église orthodoxe en France, entre exclusivisme juridictionnel et catholicité locale », Carnets de géographes [En ligne], 6 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cdg/918

[3] Fin des travaux de la commission préparatoire inter-orthodoxe : https://orthodoxie.typepad.com/orthodoxie/2011/02/chamb%C3%A9sy-fin-des-travaux-de-la-commission-pr%C3%A9paratoire-inter-orthodoxe.html