Lettre d’un ami à un ami

Cher Georges,
J’ai lu la présentation  par La Croix de la semaine des abus sexuels.
Les réactions des Évêques sont apaisantes et toujours suivies de  » mais  »  .
Le comble est atteint avec les évêques africains  relativisant ces abus,  devant les conditions de misère et de famine .
Il faut pardonner localement et surtout ne pas porter plainte . Viols répétés et suivis d’avortements sous la contrainte.
Personne ne remet en cause le célibat des prêtres. Par condescendance  » une réduction à l’état laïc   » serait accordée pour  un  mariage. Pourtant, pendant des siècles  le célibat ecclésiaste n’était pas la règle.
Les arguments sont fallacieux : même  les hommes mariés commettent des abus sexuels. !
A quand la grande réforme du droit canon. Faut-il   » réformer  » cette église ?
En attendant  on peut arrêter de la subventionner .
Qu’en pense-tu ?

 

J…

 

 

 

 

Cher  J…

 
J’ai lu attentivement ton message.
D’abord un point de sémantique : ce n’est pas «  la semaine des abus sexuels » c’est un synode pour la prévention des abus sexuels dans l’Eglise Catholique Romaine.
Il me semble important de nommer les choses exactement pour éviter de transmettre un mauvais message.
 
Ensuite…
 
Tu soulèves plusieurs problèmes non nécessairement liés entre eux pour en arriver à une conclusion pour le moins surprenante.

 

la source d’information : La Croix est un excellent journal mais un article est toujours le reflet d’une position propre du journaliste avec un « chapeau » du rédac-chef qui doit « faire vendre ». La « source » d’une information c’est le lieu d’où elle émane. Je t’invite donc à lire les interview et compte rendu sur le sujet, du site Vatican News : https://www.vaticannews.va/fr.html pour te faire une idée juste  et personnelle de ce qui s’est passé et dit.

Pour les évêques d’Afrique, même problème : https://www.vaticannews.va/fr/afrique/news/2019-02/protection-des-mineurs-selon-mgr-dogbo-il-faut-adapter-la-com.html

Le célibat des prêtres : sujet qui mérite débat…et n’est la solution ni a la raréfaction des vocations, ni à la pédocriminalité dans l’Eglise Catholique Romaine. l’Eglise Catholique Romaine à choisi depuis très longtemps d’appeler des hommes célibataires au sacerdoce. C’est un choix discutable, mais c’est le sien. La difficulté est de sélectionner des personne physiquement et psychologiquement apte à répondre à cet appel.  Pour avoir une vision détaillée de l’histoire du célibat sacerdotal dans l’Eglise Catholique Romaine voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Celibat_sacerdotal_dans_l’eglise_catholique

Le terme « réduction à l’état laïc » est obsolète depuis 1983 (nouveau code de droit canonique) mais apparemment pas dans la tête des catholiques. Depuis 1983, on utilise l’expression « perte de l’état clérical » qui peut se produire de diverses manières: par sanction pénale, ou, à l’inverse, par grâce reçue du Saint-Père. (Auparavant, « Réduction » n’exprimant nullement un mépris pour les laïcs mais signifiait « reconduit à l’état laïc » ce qui supposait une vision du Peuple de Dieu selon la théologie du concile de Trente, qu’a modifié et rectifiée Vatican II)

L’Eglise -et pas seulement l’Eglise Catholique Romaine- est « Ecclésia Reformata Semper Reformanda » : l’Eglise est réformée et est toujours à réformer. Et se réforme constamment.

Encore faut-il que les laïcs que nous sommes cessent de se comporter comme si l’ Eglise c’était « les autres », ceux qui ont le pouvoir, les clercs.
Je t’invite -si ce n’est déjà fait- à lire la « lettre au Peuple de Dieu » du pape François dans le texte . On y trouve entre autre ceci qui répond à beaucoup de tes questionnements : «  Il est impossible d’imaginer une conversion de l’agir ecclésial sans la participation active de toutes les composantes du peuple de Dieu. Plus encore, chaque fois que nous avons tenté de supplanter, de faire taire, d’ignorer, de réduire le peuple de Dieu à de petites élites, nous avons construit des communautés, des projets, des choix théologiques, des spiritualités et des structures sans racine, sans mémoire, sans visage, sans corps et, en définitive, sans vie. Cela se manifeste clairement dans une manière déviante de concevoir l’autorité dans l’Eglise – si commune dans nombre de communautés dans lesquelles se sont vérifiés des abus sexuels, des abus de pouvoir et de conscience – comme l’est le cléricalisme, cette attitude qui « annule non seulement la personnalité des chrétiens, mais tend également à diminuer et à sous-évaluer la grâce baptismale que l’Esprit Saint a placée dans le cœur de notre peuple ». Le cléricalisme, favorisé par les prêtres eux-mêmes ou par les laïcs, engendre une scission dans le corps ecclésial qui encourage et aide à perpétuer beaucoup des maux que nous dénonçons aujourd’hui. Dire non aux abus, c’est dire non, de façon catégorique, à toute forme de cléricalisme. »

 

«En attendant  on peut arrêter de la subventionner »
Qui parle de quoi ? Qui est ce « on » ? Qui est ce « la » ? 
C’est tout le problème de notre manière de penser l’Eglise.
Ou bien comme tu l’écris tu te place à l’extérieur d’un machin qui t’intéresse et que tu soutiens -même activement et financièrement- et à ce moment-là, désolé, tu n’es pas chrétien.
Ou bien tu es à l’intérieur de l’Eglise, membre du Peuple de Dieu, et de cette église particulière, terriblement humaine, mais tendue vers le Christ, pécheresse mais justifiée dans et par l’amour de Dieu.
Tu peux arrêter de la « subventionner » c’est-à-dire de lui refuser les moyens de subsister. Mais c’est comme si tu arrêtait de t’alimenter sous prétexte que ta main est malade et que cela te déplaît.
Parce que, sauf à quitter l’Eglise Catholique pour une autre confession, tu es dedans ! Participant à ta place, mais en elle, à son péché comme à son salut.
C’est-à-dire à sa vie.

 

                Bien fraternellement
                       Georges
 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.