Eglise et unité_VIII_Expansion du protestantisme dans les pays nordiques

Expansion du protestantisme dans les pays nordiques

 

 

Danemark

Hvorup, église à Nørresundby

Le luthéranisme s’implante à partir de 1523 sous le règne de Frédéric 1er (1523-1533) : la Diète d’Odense proclame la liberté religieuse et politique vis-à-vis de Rome.

En 1530 une confession de foi explicitement luthérienne (affirmant la justification par la foi) est adoptée par le Roi. Mais c’est sous le règne de son fils, le roi Christian III (1534-1559) que la Réforme luthérienne, imposée autoritairement par le roi, devient la religion nationale du Danemark.

En 1537 (Diète de Copenhague) une liturgie nouvelle en danois remplace l’ancienne ; les évêques catholiques qui refusent de se convertir sont déposés et remplacés. Les couvents et biens des églises catholiques sont redistribués dans l’Église luthérienne qui met en place une organisation synodale. Un consistoire assure les liens entre les dirigeants de l’Église et le pouvoir royal. L’université de Copenhague devient luthérienne..

 

Norvège

La domination danoise impose le luthéranisme dès 1537, en vertu du principe Cujus regio, ejus religio.

Comme au Danemark, les activités catholiques sont proscrites, la langue danoise remplace le latin et devient la langue liturgique. Mais ces changements sont mal reçus par les couches pauvres de la population, qui restent encore attachées à certaines traditions catholiques jusqu’au début du XVIIe siècle.

De ce fait, le luthéranisme s’implantera de manière plus progressive et prudente qu’au Danemark, d’autant que si certains évêques catholiques sont emprisonnés, beaucoup d’entre eux deviennent luthériens. En 1683 fut décidée la confiscation des biens des habitants restés fidèles au catholicisme.

 

Suède

 

En 1523, Gustave Vasa (1496-1560) chasse les Danois de Suède. Élu roi, Il introdui la Réforme en Suède.

Dès 1527, la diète de Vasterâs déclare que « la parole de Dieu doit être prêchée dans sa pureté dans tout le royaume ». C’est la naissance de l’Église nationale suédoise. Les biens de l’Église, qui représentent plus de 20% des richesses foncières du pays, sont confisqués, ce qui permettra à Gustave Vasa de donner une solide assise financière à la Couronne.

La révolte paysanne dans le sud du pays, soutenue par les prêtres catholiques, conduisent le roi à la rupture avec l’Église catholique

En 1529. L’Église est officiellement luthérienne et organisée selon le modèle synodal et consistorial mais elle conserve une grande partie des traditions romaines. A la différence de celle du Danemark, cette Église n’est liée à l’État ni dans les textes, ni dans les pratiques : l’Église suédoise est semi-indépendante, elle continue d’être dirigée par l’archevêque d’Uppsala et ne reconnaît les droits du souverain que pour les questions séculières.

 

Finlande

 

Dans cette possession du royaume de Suède, le luthéranisme s’impose pacifiquement dès le milieu du XVIe siècle.  L’évêque Michel Agricola, traduisant la Bible, est le créateur de la langue finnoise.

Ce luthéranisme respectera la plupart des traditions catholiques, y compris la mariologie et le purgatoire : la création de cette Église nationale luthérienne se fera ainsi sans déchirure brutale.

Contrairement à la presque totalité des Églises luthériennes d’Europe, elle n’a pas signé la Concorde de Leuenberg de 1973, qui affirme la pleine communion des Églises luthériennes, réformées et unies.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.