En mémoire du Père François Lancelot

En mémoire du Père François Lancelot (soc) 

Il entre à 18 ans au monastère Cistercien de Boquen jusqu’en 1972
– il est ordonné prêtre en avril 1948 à Saint Jean de la Ruelle (diocèse d’Orléans)
– en 1973, il rejoint la Communauté du Mont Saint Michel jusqu’à l’arrivée des Fraternités Monastiques de Jérusalem en 2001, puis s’installe à la Maison du Pèlerin au Mont comme chapelain du Sanctuaire.
– Il part en retraite (07/2015), et réside chez les Petites Sœurs des Pauvres à Saint-Servan où il s’est éteint dans la paix de Dieu lundi 20 au soir.

 

 

 

En 1997, j’étais étudiant à Rennes en troisième année d’audiovisuel. Cette dernière année était consacrée à la réalisation d’un projet de fin d’études. Fiction, reportage, documentaire???

En quête d’inspiration et d’idées, je fus attiré curieusement par le Mont Saint Michel, ce roc pyramidal, isolé sur l’une des plus vastes et plus étranges plages du Monde. Au détour de la Grand Rue, j’y fis la connaissance de François Lancelot, membre de la communauté Monastique dirigée à l’époque par André Fournier. Très vite le Père François s’imposa comme étant un personnage « à part » et à « part entière ». Mon idée de projet était née, et ce serait donc un documentaire sur sa vie.

 

Cet homme, à la fois plein d’humour, d’originalité, d’espièglerie, mais aussi parfois tête en l’air mais toujours de conviction devint malgré lui le sujet de mon projet de fin d’études. Passionné depuis toujours de photographie, François accepta de jouer modestement « la Star », de s’ouvrir une fois de plus à l’autre via un média qu’il ne connaissait pas forcément bien.

L’ensemble de ma petite équipe, Cédric Fouré (Image), Séverin Favriau (SFv Fv) (son) et Manfred Noël (Lumière) fut admirablement accueillie par l’ensemble de la communauté. Très vite, micro, perche, caméra et lumière disparurent. François en avait fait une totale abstraction.

Chronologiquement, en s’appuyant sur ces propres photos, François se raconta on ne peut plus simplement, modestement, passionnément. Ses origines, son parcours, ses passions, son postulat, ses doutes et plus que tout sa vocation.

Casquette vissée sur la tête, barbe blanche, déambulant dans cet incroyable et majestueux monastère dont il faisait indéniablement « parti des murs », le père François a toujours été pour tous les Montois un être attentionné.

Bien au-delà de tout cela, ce tournage fut aussi l’occasion de découvrir le Mont saint-Michel comme peu de monde. Quel privilège que ce mémorable 1er mai 1998: Tourner dans une abbaye fermée au public!

Aussi je n’oublierai jamais ma dernière question ouverte: – « François, si je te laisse trente secondes pour conclure… »

 

Quasiment 20 ans après, jour pour jour, à 97 ans François vient de vivre sa passionnante conclusion qu’il exprimait, plein d’entrain, de joie mais aussi d’impatience… « Alors… on continue! »

Yvan Horeau
26 février, 20:30 ·
Lien vers le magnifique film de Yvan Horeau:

2 réflexions sur « En mémoire du Père François Lancelot »

  1. Le film est sûrement très intéressant, mais impossible d’y accéder sans devoir déclarer son identité chez Facebook. Dommage…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.