Liban: Engagements à vie dans la Communauté

Ils se sont engagés!

En réponse à l’appel du Seigneur, six de nos frères et soeurs ont osé dire « Me voici » pour un engagement à vie, à cause du Christ et de l’Évangile.

Six petites graines ont été plantées comme une espérance nouvelle pour le Liban, pour la région et pour le monde : Dany et Céline Antonios, Christina Tabet, Hyam Radieldine, Joe Naïm, Guillaume Viennot. Deux soeurs consacrées, deux frères consacrés et un couple, quatre Libanais et deux Français.

En arabe, outre le singulier et le pluriel, on utilise la forme duelle, qui se retrouve bien ici. Cette forme duelle nous parle aussi du contraste étonnant du Liban, où la mer et la montagne se retrouvent, où le ciel touche la terre. Aussi, la sobriété de la liturgie latine a rejoint le foisonnement de la liturgie maronite. Le pont entre les deux, qui a touché beaucoup de cœurs, fut la litanie des saints (à la mode Chemin Neuf), chantée pendant que nos frères se prosternaient face contre terre, afin que beaucoup d’autres puissent se relever et contempler la face du Seigneur.

 

 

La communauté au Liban apprend petit à petit la simplicité franciscaine des sœurs de Notre Dame de la Route, le couvent qui nous a été confié il y a deux ans. Cette démarche s’allie finalement bien à l’hospitalité et la générosité surabondante de l’Orient que nos frères français, brésilien, hongrois, congolais ont pu découvrir à l’occasion de ces engagements : accueil, différents plats et goûts, visites de la vallée sainte et du sud, rencontres inattendues avec un ermite maronite et un prêtre orthodoxe…

 

Ce premier engagement à vie au Liban a été préparé sur place dans une joie et un enthousiasme « sans fatigue », et on a pu sentir la main de Dieu s’occuper des moindres petits détails. Par exemple, le décalage de l’horaire de la messe a permis au Père Laurent Fabre de présenter la communauté, à Céline (en un très bon arabe !) et Dany de raconter leur chemin de vie, à Guillaume d’expliquer sa démarche de s’engager au Liban pour la paix. Christina a pu voir un message enregistré de son père, mort quelques jours plus tôt. Mystère du don et de la mort…

La joie des célébrations et rencontres a continué le lendemain dans une journée communautaire et l’ordination diaconale de Saba Al Andary, marié et père de 4 enfants, en vue de la prêtrise dans l’Eglise maronite (catholique).

Et l’on peut se demander si l’élection présidentielle qui a suivi ces deux journées et était attendue depuis plus de deux ans n’est pas déjà un signe d’espérance que tout est possible pour Dieu, même en cet Orient complexe qu’il a choisi comme lieu d’incarnation ?

Thomas Gèze – ccn

copyright_6
Texte et image

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.