Eglise et Unité VI: un siècle de réformes 1450-1550 (3ème partie)

Un siècle de réformes 1450-1550 (3ème partie)

Les réformateurs (suite)

Martin Bucer 

Humaniste, il a, toute sa vie, tenté de sauvegarder l’unité de l’Église. Dans l’opposition entre Luther et Zwingli sur la Cène (communion) il tente vainement de trouver un accord. Il accueille à Strasbourg les anabaptistes persécutés. Il essaie aussi de rapprocher catholiques et protestants sur les points fondamentaux. Mais ses tentatives échouent.

 

Chronologie de Martin Bucer

 

1491:

naiss-bucer

     Martin Bucer naît le 11 novembre à Sélestat. Il entre en 1506-1507 au couvent dominicain de Sélestat, puis il est envoyé à celui de Heidelberg, où il est immatriculé à l’université en 1517. Il se consacre alors à l’étude de la scolastique médiévale (de Thomas d’Aquin essentiellement), ainsi qu’à la lecture des ouvrages des humanistes.

     Il fait sien le programme d’Érasme, qui veut renouveler le christianisme par le retour à ses sources et par la simplification des institutions, des doctrines et des rites.

 

1518:

     À la fin du mois d’avril  Bucer assiste à la dispute que tient dans la ville Martin Luther. Fasciné par son discours, il lui demande une entrevue. Dès lors, il devient un fidèle partisan des idées de ce frère augustin dissident.

 

1521:

     Suspect aux yeux de l’Inquisition. Il fuit Heidelberg au début de l’année vers Spire où se trouvent plusieurs de ses amis. 
En même temps, il se fait dispenser de ses vœux monastiques et se met au service du comte palatin Frédéric (le futur électeur Frédéric II) en tant que chapelain, malgré les mises en garde de ses amis.
     Il le suit notamment à Nuremberg, où il prend contact avec les humanistes et les évangéliques de la ville.

 

1522:

     Il accepte la cure de Landstuhl, où il rencontre Élisabeth Silbereisen, une ancienne nonne de Lobbach. Bravant les interdits, il se marie avec elle durant l’été  et devient ainsi l’un des tout premiers prêtres mariés.
     À l’automne, le jeune couple quitte en catastrophe Landstuhl  pour Wissembourg; Il y prêche de novembre 1522 à avril 1523, malgré les citations à comparaître devant l’évêque de Spire.

 

1523:

     Ce dernier, irrité par l’attitude de Bucer, l’excommunie. Ils décident alors de trouver refuge dans une ville alliée, Strasbourg chez Matthieu Zell, curé de la chapelle Saint-Laurent de la cathédrale Notre-Dame et initiateur de la Réforme au sein de Strasbourg.
     Ce dernier aide Bucer à s’installer et à gagner sa vie, en lui proposant de donner des cours bibliques semi-publics et de l’aider au sein de sa paroisse. C’est également grâce à une initiative de Zell qu’il commence à pouvoir prêcher, celui-ci lui laissant de temps en temps sa chaire. L’amitié entre les deux hommes est telle que c’est à Bucer que Zell demande la bénédiction de son union avec Catherine Schutz.
Il continue parallèlement à développer sa propre pensée théologique, en publiant trois ouvrages durant l’été 1523, dont le premier (« Das ym selbs niemant, sonder anderen leben soll » ou Traité de l’amour du prochain) élabore déjà un programme de la Réforme strasbourgeoise, axé principalement sur un christianisme de la pratique.

stasbourg-16s

1524:

      La situation des Bucer s’améliore. Tout d’abord élu prédicateur de la paroisse Sainte-Aurélie, Martin Bucer en devint le pasteur dès le mois d’août.
     De ce fait, il peut enfin participer activement à l’élaboration du nouveau culte évangélique. Il est chargé par les autres réformateurs d’en dresser le tableau justificatif dans un pamphlet.
     Afin de propager la nouvelle doctrine, il entreprend de traduire de l’allemand vers le latin des cycles de sermons de Luther.

 

1525:

      La Guerre des paysans éclate. Bucer, Capiton et Zell essayent, sans succès, de détourner les révoltés de leurs actions violentes.
     En réaction à ce soulèvement dans les campagnes, les messes sont momentanément supprimées à Strasbourg, à l’exception de celles données dans les quatre églises principales.
     Dans un même temps, les querelles deviennent de plus en plus vives entre partisans de Luther et de Zwingli, ce qui désespère Bucer qui correspond avec des membres des deux camps. Il multiplie donc les prises de contact afin de trouver une solution pour conserver l’unité du mouvement évangélique.
     Dans les différents conflits qui agitent le développement de la Réforme, Bucer s’impose progressivement comme le porte-parole du mouvement évangélique strasbourgeois, à la fois vis-à-vis des autorités municipales, des représentants de l’Église catholique (comme Thomas Murner) et des mouvements radicaux dissidents.

 

1528:

     En janvier, il fait son entrée avec Capiton sur la scène européenne, en participant à la dispute de Berne qui aboutit au passage à la Réforme de ce puissant canton suisse.
     Il y trouve de nouveaux appuis, comme le réformateur de Constance, Ambroise Blaurer, qui devient son principal confident. Il poursuit ses efforts quant à une politique d’alliance entre les évangéliques avec de plus en plus d’assurance, proposant une « comparaison » entre Luther et Zwingli en 1529.

 

1529:

     La messe catholique est supprimée dans toutes les églises de Strasbourg à la suite d’un vote des échevins.

    marbourg

La ville bascule dans le camp protestant, ce qui permet à Bucer de gagner encore en autorité. Il devient pasteur de la paroisse Saint-Thomas en  et consacre beaucoup de temps à l’enseignement de l’exégèse et à l’écriture de ses livres.  

     Il assiste au colloque de Marbourg en 1529

 

1530:

     Il est mis à la tête de l’organisation de la nouvelle Église, écrivant la confession propre de celle-ci, la Confession tétrapolitaine lors de la diète d’Augsbourg, qui est appliquée dans quatre villes libres d’Empire, (Strasbourg, Memmingen, Constance et Lindau).
     Il préside également le Convent ecclésiastique, devenu un organisme officiel de la ville à la suite de l’ordonnance du 30 octobre 1531.
     Dans sa lutte contre les non-conformistes, il mène plusieurs disputes. Son effort se conjugue à celui des autorités civiles, Bucer obtenant du Magistrat en octobre 1531 l’institution des Kirchenpflerger, chargés de veiller au respect de la nouvelle doctrine en ville.

 

1533:

     Un synode rassemblant les pasteurs, les professeurs et les Kirchenpfleger est organisé, présidé par quatre membres du Magistrat. Avant tout chargé d’établir un texte fixant l’organisation de l’Église, il se charge également de réduire au silence les revendications des non-conformistes. Bucer prend une grande part à la rédaction. L’Ordonnance ecclésiastique qui en résulte alors est valable jusqu’en 1598.
     Parallèlement à cette intense activité strasbourgeoise, il continue également à se manifester aux différents colloques organisés dans l’Empire: en plus de la diète d’Augsbourg. Il poursuit ses tentatives de réconciliation entre Zwingli et Luther.
     Il participe également à l’introduction de la Réforme dans de nouvelles régions, comme à Ulm. Les morts de Zwingli et d’Œcolampade à la fin de l’année 1531 amènent les Strasbourgeois à se rallier à la Ligue de Smalkalde et donc à signer la confession luthérienne dite d’Augsbourg, ce que Bucer justifie à l’assemblée de Schweinfurt en avril 1532.   

 

1536:

     Strasbourg étant alliée dorénavant aux princes protestants allemands, Bucer cherche ensuite à trouver une entente avec les Suisses, effectuant dans ce but plusieurs voyages.

    En mai, accompagné de Capiton et des délégués de l’Allemagne du sud-ouest, il conclut avec Luther la Concorde de Wittemberg et il réussit à ramener à l’Église la majorité des anabaptistes de Hesse en faisant introduire dans les Ordonnances ecclésiastiques la confirmation des catéchumènes et l’exercice de la discipline des mœurs par les « anciens ».retable-de-wittenberg_der-reformationsaltar-natur

      Grâce à Bucer, la Concorde de Wittenberg permet un véritable rapprochement entre les protestants et la future hégémonie du luthéranisme doctrinal ; il s’agit de sa plus grande réalisation.

 

1539:

ecrits-martin-bucer     En mai se tient un nouveau synode, où il est surtout question de la discipline ecclésiastique. Beaucoup étaient déçus par l’attitude des pouvoirs publics qui n’aidaient pas à combattre l’immoralité au sein de la ville. Les Kirchenpfleger ne faisaient pas le minimum de ce que Bucer et ses amis attendaient d’eux. Il y a un gouffre entre les attentes des réformateurs et les visées pragmatiques des dirigeants qui, s’ils agréaient la nouvelle doctrine, pouvaient également très bien discuter de l’agrandissement du lupanar de la ville.   
    
Progressivement, Bucer se tourne vers une nouvelle voie, en créant une discipline « interne » à l’Église en créant des Christlichen Gemeinschafften, des petites communautés de chrétiens professants et engagés au sein des paroisses, même si celles-ci restent multitudinistes. Il tente également d’introduire l’excommunication, mais Hédion s’y oppose catégoriquement.

 

1540:

     Le ciel bucérien s’assombrit définitivement.
Son écriture se fait de plus en plus incisive, il continue inlassablement ses voyages, et pourtant, ses entreprises s’enlisent.
   Son projet unificateur, colporté par son activité débordante, irrite de plus en plus, agaçant même Philippe de Hesse, prince et chef de file des protestants de la Ligue de Smalkalde.  
     Martin Bucer éprouve pour lui un profond respect jusqu’au jour où Philippe prend une seconde épouse, au grand effroi des évangéliques. Bucer s’attire la suspicion et le désaveu de bon nombre de ses amis à cause de ses concessions de plus en plus importantes.

 

1541

     Il subit une cuisante défaite lors de la diète de Ratisbonne, où ni les catholiques ni les protestants ne cherchent à s’entendre, malgré la demande de Charles Quint.
En 1541 également, il perd sa femme ainsi que la plupart de ses enfants lors d’une grande épidémie de peste qui ravage la ville. Quelque temps plus tard, il se remarie avec Wibrandis Rosenblatt, la veuve de Capiton, ce dernier ayant lui aussi succombé à la maladie.

 

1547:

     Après la terrible débâcle protestante de Mühlberg en avril , qui signe la chute de la Ligue, Charles Quint souhaite établir son propre règlement religieux. Par conséquent, les autorités ordonnent à Bucer de quitter la ville, le réformateur étant devenu un élément de trouble détesté par la plupart des dirigeants. Il se réfugie alors pendant trois semaines chez Catherine Zell, retournant dans la maison qui l’avait autrefois accueilli.
Une fois sa fuite préparée, il quitte Strasbourg avec Paul Fagius et se rend au mois d’août 1549 en Angleterre.

 

     Le royaume d’Angleterre est alors en pleine mutation économique, sociale et religieuse, se tournant très nettement vers le protestantisme, comme le souhaite Henri VIII. C’est pourquoi Bucer avait accepté l’invitation de l’archevêque de Canterbury Thomas Cranmer, jugeant qu’il serait peut-être d’une quelconque utilité dans la mise en place de la nouvelle doctrine. Cependant, la vision idyllique qu’il s’était forgée de ce pays ne correspondait nullement à la réalité, les paysans se révoltant sans cesse contre leurs seigneurs, provoquant un fort sentiment d’insécurité. Fagius et lui commencent tout d’abord par faire une nouvelle traduction latine de la Bible, puis ils s’installent à Cambridge où on leur propose de devenir professeurs. Fagius meurt malheureusement peu de temps après et Bucer est lui-même très affaibli. Une fois que sa femme et sa belle-fille l’ont rejoint, l’état de santé de Bucer s’améliore et il décide de faire un nouveau cours sur l’Épître aux Éphésiens. Il retrouve à Oxford l’un de ses anciens collègues strasbourgeois, le théologien protestant italien Pierre Martyr Vermigli.

 

1550:

     Il est rapidement consulté pour organiser l’Église anglaise, comme il l’escomptait. Dans ce but, il rédige un traité sur l’ordination, qui est utilisé pour l’Ordinal officiel de. Son avis est également pris en compte lors de la refonte en 1551 du Book of Common Prayer.

 

1551:

     À la mi-février, il tombe gravement malade et meurt peu de temps plus tard dans la nuit du 28 février. Il a droit alors à de grandes funérailles.

 

  1556 

  Cependant, à la suite de l’accession au trône de la catholique Marie Tudor, son corps est déterré, ainsi que celui de Fagius, et on les brûle publiquement comme hérétiques, avec leurs écrits.

le_bucher_avec_les_restes_de_martin_bucer_et_ses_livres

     Sa mémoire est solennellement réhabilitée en 1560 grâce à l’avènement d’Élisabeth I.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WordPress spam bloqué par CleanTalk.