Eglise et Unité VI: un siècle de réformes 1450-1550 (2ème partie)

Un siècle de réformes 1450-1550 (2ème partie)

Les réformateurs (suite)

Jean Calvin

http://www.meromedia.com est une boutique proposant des vidéos de catéchèse, des dessins animés sur la Bible, des portraits et des vidéos sur l’Histoire du protestantisme.

Chronologie

  • 1509:
    Il nait le 10 juillet, à Noyon, petite ville de l’Oise : Jean Calvin appartient donc à la génération qui suit celle de Martin Luther.Son père, est administrateur des biens des chanoines de la cathédrale de Noyon.
    Parcours  scolaire   et   universitaire   : études de droit, à Orléans puis à Bourges ; études de la philologie humaniste ; il apprend l’hébreu, perfectionne son grec, et gagne sa vie en donnant des cours sur Sénèque.

xvi_sejour-luther-et-calvin-1024x651

  • En 1532 / 1533:
    Calvin se rallie à la Réforme : il parle lui-même d’une «conversion subite».
    A l’automne 1533, Calvin revient à Paris et s’engage très activement aux côtés du recteur de l’université partisan de la Réforme.
  • 1535:Suite à « l’affaire des Placards » il rejoint le recteur Cop à Genève.
  • 1536-1538 :Premier séjour de Calvin à Genève.En mars 1536, Calvin publie la première édition, en latin, de son « Institutio Christianae Religionis »  (Institution de la religion chrétienne)
  • 1538-1540 :
    strasbourg-16sSéjour à Strasbourg, où Calvin est pasteur de l’Église réformée de langue française.C’est pendant son séjour à Strasbourg que Calvin a élaboré sa liturgie du culte. Il prend appui sur la liturgie strasbourgeoise réformée en langue allemande de 1539 qu’il traduit et adapte. Cette liturgie est publiée en 1540
    En 1540 Calvin épouse Idelette de Bure, veuve d’un premier mariage.
  • 1541:
    Retour définitif de Calvin à Genève.

    geneve-1602

    Il réorganise l’Église à travers les Ordonnances ecclésiastiques qui définissent la nouvelle Eglise et ses rapports avec le pouvoir séculier.
    Quatre ministères sont établis :
    • les pasteurs, qui prêchent la parole et administrent les deux sacrements (baptême et Cène) ;
    • les docteurs, qui enseignent l’Ecriture ;
    • les anciens, qui veillent à la moralité des fidèles et au respect de la discipline ecclésiastique ;
    • les diacres, qui assistent les malades et les pauvres.
 La liturgie est reprise en 1542 à Genève sous le titre « La forme des prières et chants ecclésiastiques« , avec la manière d’administrer les sacrements et consacrer le mariage selon la coutume de l’Église ancienne.
Dans le culte réformé, si le chant d’assemblée revêt une importance particulière, la place prépondérante est réservée à la lecture de la Bible et à la prédication.
Calvin admet que la forme du culte peut varier suivant les lieux et les époques.
la Cène:
Calvin n’approuve pas Luther en ce qui concerne la Cène.
     Pour Luther, le pain et le vin demeurent comme tels, mais le corps et le sang du Christ sont présents en, dans et avec eux, (et non à leur place comme chez les catholiques) : en quelque sorte, ils possèdent une double substance ; on parle de consubstantiation.
     Pour Calvin, le Sauveur est au ciel, assis à la droite du Père et ne peut être matériellement présent dans le pain et le vin. Pour autant, Calvin n’a pas une conception purement symbolique du sacrement : si le pain reste du pain et si le vin reste du vin, au moment où le croyant prend la Cène, Dieu se rend présent en lui, par le Saint-Esprit ; l’Esprit est présent dans le croyant, et non dans le pain et le vin.
       Calvin parle de présence spirituelle du Christ lors de la Cène.
  • 1541: 
    Première édition en français de l’Institution de la religion chrétienne qui sera remaniée plusieurs fois jusqu’à la dernière édition en 1559. (Dans la publication de 1536, l’Institution de la religion chrétienne est composée de 6 chapitres, et dans celle de 1559, de 4 volumes avec 80 sections. (Voir ci-dessous).

    0000000218lL’autorité de Calvin fut pratiquement incontestée dans les dernières années de sa vie et il disposait d’une réputation internationale en tant que réformateur distinct de Martin Luther. Les deux hommes avaient initialement un respect mutuel l’un pour l’autre mais un conflit doctrinal s’était développé entre Luther et le réformateur Ulrich Zwingli de Zurich au sujet de l’eucharistie. L’opinion de Calvin sur la question força Luther à le mettre dans le camp de Zwingli.

    Calvin participa activement aux polémiques entre les branches luthériennes et réformées du protestantisme. Au même moment, Calvin était consterné par le manque d’unité parmi les réformateurs et il signa le Consensus Tigurinus, un concordat entre les églises de Zurich et de Genève.

    Il entra également en contact avec l’archevêque de Cantorbéry, Thomas Cranmer, lorsque ce dernier appela à un synode œcuménique de toutes les églises protestantes. Calvin soutenait l’idée mais Cranmer ne parvint pas à la réaliser.

    La plus grande contribution de Calvin à la communauté anglophone fut l’accueil à Genève des exilés protestants chassés d’Angleterre par les persécutions de Marie Ire à partir de 1555. Sous la protection de la ville, ils formèrent leur propre église réformée menée par John Knox et William Whittingham et ramenèrent finalement les idées de Calvin en Angleterre et en Écosse.

    Calvin était cependant plus intéressé par la réforme de son pays natal, la France. Il soutint la construction d’églises en distribuant des livres et en fournissant des pasteurs. Entre 1555 et 1562, plus de 100 ministres furent envoyés en France. Ces actions furent entièrement financées par l’église à Genève car le conseil refusa de s’impliquer dans les activités prosélytes. Les protestants de France étaient persécutés dans le cadre de l’Édit de Chateaubriand du roi Henri II de France et lorsque les autorités françaises se plaignirent des activités des missionnaires, Genève put nier en être responsable

  • 1564:
    Décès à Genève le 27 mai, à 54 ans.
L’Institution de la religion chrétienne
 Devient rapidement le livre de référence de l’Eglise Réformée
calvin_-institution-de-la-rel-xenne

Un corps de doctrine

Cette œuvre développe de façon systématique la doctrine de la Réforme telle que prônée par Calvin.  À travers son texte, il accentue le contraste entre la toute-puissance de Dieu et la misère de l’homme, égaré par le péché originel. Depuis ce péché qui a entraîné sa chute, l’homme est corrompu dans sa nature, étant assujetti au péché. La distance de Dieu à l’homme est immense parce que la perfection divine est infinie alors que la créature est radicalement corrompue depuis le péché originel : l’image de Dieu est détruite en elle. L’homme vit sous le règne de la loi de Dieu, signe d’une déchéance dont il ne peut sortir par lui-même : il ne lui reste que la louange de Dieu et la repentance, c’est-à-dire la reconnaissance de son néant et sa totale dépendance de Dieu. Mais cette attitude même est éclairée par l’infinie miséricorde divine car Dieu donne la foi, signe de sa justification et de son salut. Son salut dépend uniquement de la grâce divine, dont les bénéficiaires sont établis de façon prédestinée.

Les réformateurs recherchent la vérité dans la Bible, qui est la source de l’Église. Calvin affirme que Dieu se révèle à l’homme par sa parole, l’Écriture à laquelle l’homme adhère par la foi. Ce sont les principes du « sola scriptura » et du « sola fide » : bases de l’édifice.

L’Institution de la religion chrétienne connaît immédiatement un grand succès dès sa sortie en 1536 à Bâle. Beaucoup de raisons peuvent expliquer ce succès. Non seulement, les réformateurs et les réformés la trouvent intéressante pour résumer leur conviction. De plus beaucoup de personnes pensent que ce livre est un moyen d’obtenir leur salut. Il y a une crise religieuse, une peur de la fin des temps. En effet la population connaît une période très difficile sur les plans économique et social. On peut donc imaginer que n’importe quel changement aurait attiré leur attention.

Dans la publication de 1536, l’Institution de la religion chrétienne est composée de 6 chapitres, et dans celle de 1559, de 4 volumes avec 80 sections. Cette évolution montre que cette œuvre a été retravaillée.

Résumé des quatre volumes du livre de 1559

PREMIER LIVRE

Calvin explique qu’il ne faut pas forcément éluder les mystères par des propositions logiques, qu’il n’y a pas besoin de prouver l’existence de Dieu.

Pour lui, il n’y a pas besoin de preuves réelles, l’évidence de l’existence de Dieu est dans la nature, l’homme, ainsi que sa complexité et son intelligence (pour Calvin, il n’y a que Dieu qui a pu inventer cela). La nature, pour Calvin, est une image visible du Dieu invisible. Il n’y a donc pas besoin d’image représentant Dieu, puisque la nature prouve son existence…
Il y a pour les catholiques un problème dans le raisonnement de Calvin. Pour Calvin, l’Écriture est au centre. Les gens lui répondent alors que les apôtres ayant existé avant l’Église, c’est l’Église qui a transmis les Écritures sur la base des transmissions orales des paroles des apôtres. Pour les catholiques, c’est l’Église qui prime sur l’Écriture. Calvin pense que malgré le fait que les Écritures sont venues après, elles sont restées importantes parce que les paroles écrites avaient de la valeur. Calvin croit que l’Écriture est inspirée de Dieu.
La Trinité
Calvin reste fidèle à la trinité. La Bible ne mentionne pas le mot mais la dévoile. Calvin dit que toute doctrine doit être tirée de l’Écriture. C’est le conflit qui l’opposera à Michel Servet.
Dieu et le malheur :

Pour Calvin, Dieu n’est pas responsable du mal, dans le sens qu’il n’est pas coupable. Mais les événements amenant la souffrance, la difficulté, ne sont pas forcément mauvais du point de vue de Dieu. Ceci n’est pas compréhensible pour Calvin, mais il l’accepte car il a une confiance absolue en Dieu et son action en faveur du bien.

DEUXIEME LIVRE

Le péché

Pour Calvin, le péché occupe toutes les parties de l’âme. Nous sommes pécheurs par principe : « Nous sommes de pauvres pécheurs, conçus et nés dans l’iniquité et la corruption, enclins au mal, incapables de tout bien, et dans notre dépravation, nous transgressons les saints commandements de Dieu, sans cesse et sans fin » (paroles de Calvin). Pour Calvin, cette pensée n’est pas culpabilisante, elle dit que nous sommes pécheurs malgré nous. L’autocélébration est le fait de considérer que l’être humain peut faire du bien et progresser. Calvin critique l‘Église catholique car elle s’enrichit grâce aux indulgences que payent les fidèles. Ce système révolte Calvin.

TROISIEME LIVRE

La foi
D’après Calvin, la foi est personnelle, elle ne peut pas nous être transférée par l’Église. La foi est un don du Saint Esprit, elle ne peut pas s’acquérir, elle est en nous. La foi nécessite une connaissance intérieure de nous. Calvin réfute que l’on puisse acquérir le droit d’aller au Paradis. Pour lui nous sommes tous pardonnés pour nos péchés, Dieu nous accepte en dépit de qui nous sommes. La Prédestination est la manière dont la grâce divine semble être inégalement répartie entre les différents êtres humains.

Selon L’Écriture, Dieu décide de la destinée de chacun. Pour Calvin, ces inégalités ne doivent pas décourager les citoyens, car ils n’en sont pas responsables. La volonté de Dieu reste mystérieuse et l’on doit se contenter de l’accepter. Les humains n’ont aucun moyen de juger qu’un acte de Dieu est injuste ou faux.

QUATRIEME LIVRE

L’existence de l’Église
Calvin parle d’Église « invisible », qui est connue de Dieu seul. Cette Église « invisible » est composée de l’ensemble de tous les croyants sincères. En opposition, il y a l’Église « visible », qui intègre le bon grain et l’ivraie (les croyants sincères et ceux qui ne le sont pas). Cette Église « visible » est donc imparfaite. D’après Calvin, il ne faut pas créer une Église d’êtres purs (sélection), mais de pécheurs qui cherchent à progresser grâce à l’Évangile. Pour les protestants, deux sacrements seulement sont reconnus : le baptême et l’eucharistie.
Pour Calvin, l’eucharistie est un signe, une aide visuelle du message de Dieu mais ce n’est pas la transformation réelle du pain en corps du Christ. C’est seulement une évocation symbolique. Tandis que chez les catholiques, la transformation est réelle (transsubstantiation).
Rapport du pouvoir politique et de l’Église
Le pouvoir politique doit être respecté par les chrétiens parce qu’il est plus ou moins établi par Dieu. Il y a cependant des limites : si un pouvoir politique va trop à l’encontre de l’enseignement de l’Écriture, il peut être remis en question.
L’Écriture se situe au-dessus du pouvoir politique.
john_calvin_signature
                https://fr.wikipedia.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WordPress spam bloqué par CleanTalk.