Année 2017-2018 : les épîtres de JEAN .

Cercle Œcuménique d’Etudes Bibliques 
SALLE DE LA providence
1er étage
Rue de la Poterne
61000  Alençon
Contact :fbayi@bayi.fr
Geneviève Hodecent Louatron 02 33 26 56 62

 

 

Notre rencontre du lundi 26 juin dernier a porté le choix d’étude  pour l’année 2017-2018 sur :
les épîtres de JEAN .

 

2 dates ont été fixées :
*LUNDI 9  OCTOBRE    à 18H présentation du texte par le père Claude Boitard
*LUNDI 4  DECEMBRE à 18h :Evelyn Theurer , animatrice pastorale

 

Parlez du Cercle Oecuménique d’Etudes Bibliques d’Alençon autour de vous et Invitez à le découvrir….
Les membres de l’ACAT ALENCON cherchent à reformer une équipe œcuménique pour agir.
 Contacter : Anne Décaillon mail :Alencon.ACAT@gmail.com

 

Le concile de Trente I_Première session

 

 Première période: Huit sessions, du 13 décembre 1545 au 17 septembre 1547

 

Etat politique
Charles V d’Espagne, après une guerre sans bénéfice avec François 1er lance une guerre contre la ligue de Smalkalde [1] et persuade la Pape Paul III de s’allier à lui, espérant en cas de victoire obliger les Luthériens à venir au Concile.
La durée de la guerre et sa conclusion vont faire échouer ce projet.

A la fin de son pontificat (1549) alors qu’il négocie avec l’Empereur la suspension du concile, le Pape va tenter de monter une ligue contre lui comprenant la France, la Suisse, de nombreuses villes italiennes et parle même de relancer les Turcs contre Vienne !

Etat religieux:
La chrétienté est profondément divisée avec d’un côté l’Empereur, le pape, et l’Angleterre et de l’autre la ligue de Smalkalde soutenue par le roi de France.
A l’ouverture du concile il y a seulement quatre Cardinaux (dont les trois légats) quatre archevêques, vingt et un évêques (un Anglais, un Français, un germanique, quatre Espagnols et quatorze Italiens) et les cinq supérieurs d’Ordres Mendiants. Calvin plaisantera à ce sujet : « Si c’était seulement un synode provincial, ils devraient avoir honte de se trouver si peu [2]« 

 

Le concile:
Les Pères conciliaires qui se réunissent pour cette première session, comme leurs théologiens, ont été témoins de la rupture avec Luther. Mais formés à l’école humaniste ils espèrent pouvoir concilier une condamnation des « erreurs » des réformateurs sans condamner les réformateurs eux-mêmes.
Le légat qui ouvre la première session précise les buts de la réunion : exaltation de la foi et de la religion chrétienne, extirpation des hérésies, paix et union de l’Église, réformation du clergé, extinction des ennemis du christianisme.
Tous les aspects de l’Église sont visés.
Rapidement, les Pères conciliaires entendent s’affranchir de la tutelle impériale. Contre Charles Quint qui entendait les limiter aux abus ecclésiastiques, ils se saisissent également des questions dogmatiques. Ils décident également de se saisir ensemble des questions de réforme nécessaires qui en résulteraient.
Devant leur audace, Paul III s’inquiète, alors que ses relations avec l’Empereur se tendent.
Les Pères condamnent les doctrines protestantes cherchant à préciser la doctrine catholique face à la doctrine protestante d’une façon très tranchée :
  • le 8 avril 1546, décret sur la réception des livres saints et des traditions.
  • le 17 juin, décret sur le péché originel.
  • le 13 janvier 1547, décret sur la justification
  • et le 3 Mars 1547, décret sur les sacrements [3]
Ils ne réussissent pas cependant à faire advenir la réforme de la tête tellement souhaitée –et si nécessaire.
En 1547, les protestations répétées et violentes des prélats allemands envers l’autorité papale amenèrent les légats à faire courir le bruit que la peste était aux portes de la ville.
Giovanni Maria Del Monte, légat pontifical et secrétaire du concile, fait transférer le concile à Bologne, plus au centre de l’Italie, et en territoire pontifical. Furieux, Charles Quint interdit à ses prélats de quitter Trente, et déclare invalide le transfert.
Dès lors, les sessions tenues à Bologne sont purement formelles. Les pères conciliaires, uniquement Italiens, prennent soin de ne prendre aucune décision, qui serait contestée par l’Empereur : aucun décret n’est voté pendant cette session. Parallèlement, Charles Quint ne fait pas poursuivre les travaux aux prélats allemands restés à Trente.

 

Le pape met donc fin à cette première série de réunion qui a compté jusqu’à 70 votants le 17 septembre 1549.
Il meurt peu après (le 10 novembre 1549).

 

[1] Le 27 février 1531, différentes principautés et villes d’Allemagne constituent à Smalkalde, en Thuringe, une ligue destinée à tenir tête à l’empereur Charles Quint. Les ligueurs, tous protestants de confession luthérienne, entendent avant tout préserver leur liberté religieuse. Pour cela, ils ne craignent pas de solliciter l’aide du très catholique roi de France.
Après la paix de Crépy-en-Laonnois conclue en 1544 avec François 1er, l’empereur décide d’en finir avec la ligue. Après une victoire des troupes impériales à Mühlberg, en 1547, le landgrave fait sa soumission tandis que l’Électeur est déposé et remplacé par son rival Maurice de Saxe.
Malgré ce succès, Charles Quint va devoir se résigner à la division religieuse de l’Allemagne. (Paix d’Augsbourg en 1555)
[2] Jean Calvin: « Les actes du concile de Trente avec le remède contre le poison » (1547)
[3] Pour le détail du texte des décrets voir : http://nouvl.evangelisation.free.fr/concile_de_trente.htm

.

 

Journées du patrimoine : contes bibliques à la cathédrale

Les 16 AU 17 SEPTEMBRE 2017
à la Cathédrale Notre-Dame à Rouen

 

La bible,  patrimoine universel n’est pas un conte mais elle se raconte.

Venez découvrir, goûter la variété et la nouveauté intemporelle des histoires bibliques
qui expriment à leur façon la quête de sens  des hommes et des femmes d’hier et d’aujourd’hui.

 

Florilège de paraboles, récits, de l’ancien et du nouveau testament.
Durée de chaque conte entre 5 et 10 minutes
à écouter, un peu, beaucoup ou passionnément … au gré de votre envie
Pour adulte et aussi pour enfant.
 Samedi 16 et Dimanche 17 sept   14h-15h  puis 15h30-16h30

 

 Racontées bibliques offertes par le groupe œcuménique de Rouen : « chacun, chacune raconte ».
www.labiblearouen  onglet « nos activités » pour plus d’informations. 

Ils se sont engagés à vie, ils ont été ordonnés.

 

Le 24 juin 2017 à l’Abbaye Notre Dame des Dombes:

 

Ordination presbytérale et Engagement à vie de:

Mustapha AMARI,
Olivier BROUSSE DE GERSIGNY,
Isaïe KINOMY,
Joe NAIM,
Doudou NDUELO,
Jean-Baptiste NIAMY,
Luc DE RAVEL.

Engagement à vie de:

Laure-Elise BILLIOUD, 
Fanny BONJEAN,
Paula COSTA,
Vincent et Laurence DE CROUY CHANEL, 
Dominika ERCSEY,
Marie GIRON,
Edyta KLEJN,
Jean-Sébastien LAURENT,
Marie MONDESERT,
Alix NEEL,
Anna PARCHETA,
Claire ROLLET,
Clément SALAÜN-PENQUER,
Marion TISSOT,
Anne-Claire TRUCHOT.

 

Album photo de la journée du 24 juin 2017 à l’Abbaye Notre Dame des Dombes:

Sa Sainteté le Patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie a reçu le cardinal Pietro Parolin secrétaire d’état du Saint-Siège.

Le 22 août 2017, Sa Sainteté le patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie a reçu à la résidence patriarcale et synodale du monastère Saint-Daniel le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’état du Saint-Siège.

L’Église catholique-romaine était représentée par le nonce apostolique en Fédération de Russie, l’archevêque Celestino Migliore, par Mgr Visvaldas Kulbokas, membre du Secrétariat d’état du Saint-Siège, et par Mgr Ervin Lengyel, premier secrétaire de la nonciature apostolique en Russie.

Pour le Patriarcat de Moscou, prenaient part à la rencontre le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du Département des relations ecclésiastiques extérieures, l’archimandrite Philarète (Boulekov), vice-président du DREE, le hiéromoine Stéphane (Igoumnov), secrétaire du DREE aux relations interchrétiennes, le prêtre Alexiï Dikarev, collaborateur du DREE.

Saluant son éminent visiteur, le patriarche Cyrille a souligné que cette première visite officielle d’un secrétaire d’état du Vatican en Russie témoignait du « développement des relations entre la Fédération de Russie et le Saint-Siège ».

« Mais c’est avec une satisfaction plus grande encore que je constate le développement des relations entre nos Églises », a dit Sa Sainteté, remarquant que sa rencontre avec le pape François de Rome à La Havane avait donné une impulsion considérable à la coopération entre l’Église orthodoxe russe et le Saint-Siège. « Ce fait témoigne de ce qu’une nouvelle étape a effectivement commencé dans nos relations, avec des évènements de grande importance, qui ont été possibles parce qu’à La Havane nous avons mis d’accord nos positions sur de nombreux problèmes d’actualité. Cette communauté de positions nous permet de bâtir des plans et de leur donner un contenu réel. »

 

Suite sur: https://mospat.ru/fr/2017/08/23/news149436/

Les anglicans devraient rejoindre la Déclaration commune sur la justification par la foi

14.07.2017 par I.MEDIA

La Communion anglicane devrait accueillir et confirmer la substance en 2017 de la Déclaration commune entre catholiques et protestants sur la justification par la foi, écrit le Père Avelino González-Ferrer, du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, dans L’Osservatore Romano du 13-14 juillet 2017.

source: cath.ch/newsf/

Comment le “hand spinner“ vous fera faire de la théologie

Par EDMOND PROCHAIN publié le 22/05/2017

C’est le gadget à la mode : un petit objet que l’on fait tourner entre ses doigts et aurait des effets positifs contre le stress et pour la concentration. Vertus auxquelles on pourrait donc ajouter… la théologie trinitaire.

La légende du « hand spinner » s’est répandue aussi vite que cette drôle de toupie s’est incrustée entre les mains des adolescents ou de vos collègues de bureau. Originellement conçu pour aider à la concentration des enfants autistes, cet objet qui semble tourner à l’infini une fois lancé viendrait remplacer de nombreux gestes du quotidien, du stylo qu’on manipule en permanence aux cheveux enroulés autour d’un doigt, en passant par les ongles rongés… Le phénomène est tel que la question finit par se poser : faut-il faire la chasse au jouet du moment ou simplement attendre que la mode passe ? Il existe pourtant une autre option, plus étonnante : en profiter pour comprendre enfin le concept chrétien de la Trinité !

Observons en effet les caractéristiques de l’objet. Un « hand spinner » est composé d’un axe central autour duquel se déploient trois bras (sur la plupart des modèles, du moins), chacun étant lesté de la même façon pour garantir l’équilibre. Dès que la toupie commence à tourner sur elle-même, la force centripète vient encore renforcer son équilibre, si bien qu’on peut la faire tenir aisément sur un doigt aussi longtemps qu’elle reste en mouvement.

Mais alors, quel rapport avec la théologie ? Eh bien il se trouve que par sa forme générique, le « hand spinner » n’est pas sans rappeler un vieux symbole chrétien, connu sous le nom de « bouclier » (ou « écusson ») de la Trinité. Il s’agit en effet d’un schéma très simple, de forme triangulaire, qui explique comment le Père, le Fils et l’Esprit saint peuvent être trois personnes distinctes tout en étant un seul Dieu.

Comment le « hand spinner » vous fera faire de la théologie

Dieu y est en effet l’axe central autour duquel « tournent » les trois personnes de la Trinité, toutes égales et participant d’une même substance divine (on dit qu’elles sont consubstantielles). Les Pères de l’Église différenciaient ainsi, en grec, l’ousia (l’essence, l’être) et l’hupostasis (l’hypostase, soit le fondement, traduit ensuite par « personne »). Il n’y a donc pas trois dieux différents mais un seul Être, au sein duquel coexistent trois personnes dans un mouvement incessant d’amour que la théologie chrétienne a d’ailleurs appelé périchorèse… du grec périchôrèsis, que l’on peut traduire par «rotation ».

Le schéma est né comme une interprétation visuelle d’un texte apparu au VIe siècle, le Symbole d’Athanase (attribué à Athanase d’Alexandrie, rien ne prouve cependant qu’il en soit réellement l’auteur). Également appelé Quicumque (son premier mot en latin), il s’agit d’un credo dont voici les premières lignes : « Quiconque veut être sauvé doit, avant tout, tenir la foi catholique : s’il ne la garde pas entière et pure, il périra sans aucun doute pour l’éternité. Voici la foi catholique : nous vénérons un Dieu dans la Trinité et la Trinité dans l’Unité, sans confondre les Personnes ni diviser la substance : autre est en effet la Personne du Père, autre celle du Fils, autre celle du Saint-Esprit ; mais une est la divinité du Père, du Fils et du Saint-Esprit, égale la gloire, coéternelle la majesté. » L’idée de « tenir la foi catholique » pour être sauvé a inspiré cette image de bouclier rappelant la Trinité.

Revenons, alors, au « hand spinner ».
Sa ressemblance avec le « bouclier » de la Trinité a l’avantage de permettre une application visuelle aux concepts légèrement complexes d’essence et d’hypostases, de substance et de personnes… Prenez en main l’objet et observez ses trois branches, séparées et pourtant liées entre elles en un seul objet. Faites-le désormais tourner : l’élan donné par le roulement à billes de l’axe central fait que vous ne voyez plus entre vos mains qu’un seul disque complet. Mus par l’élan perpétuel de l’amour divin, Père, Fils et Esprit ne sont qu’un seul et même Dieu.
Vous venez de comprendre la Trinité.

 

Tirée par les cheveux, cette récupération catéchétique d’un gadget à la mode ? Sans doute un peu.
Mais n’oublions pas que la tradition catholique s’est très souvent inspirée d’éléments de culture populaire pour rendre sa théologie accessible à tous. C’est ainsi que saint Patrick évangélisa l’Irlande au Ve siècle en utilisant l’image du trèfle pour expliquer – déjà ! – le concept trinitaire.

Bouge ta France: le Havre 2017

Rassemblement de plus de 8 000 chrétiens évangéliques de France,
pour fêter notamment les 500 ans du protestantisme.

Par Julie Howlett

Dans le cadre de la commémoration de la Réforme de Luther, le Conseil national des évangéliques de France organise un grand rassemblement au Havre qui a commencé lundi 10 juillet. 

Point culminant de ce rassemblement ce 14 juillet. Ce matin, ils se sont rassemblés pour un temps de prière pour la France, à l’occasion de la fête nationale. Cet après-midi, le stade sera en fête avec des concerts pop évangéliques et l’inauguration des Cinq cents du protestantisme qui, coïncidence, a lieu la même année que l’anniversaire de la naissance du Havre il y a 500 ans.

 

Source: https://twitter.com/BougeTaFrance

La Communion mondiale d’Églises réformées (CMER) rejoint la déclaration commune sur la justification

La Communion mondiale d’Églises réformées (CMER) rejoint la déclaration commune sur la justification

 » Nous déclarons notre accord doctrinal avec la déclaration commune sur la doctrine de la justification. Nous nous réjouissons ensemble de ce que les différences doctrinales historiques à propos de la doctrine de la justification ne nous divisent plus… »

 

 

Dans un processus qui cherche à surmonter les divisions théologiques du temps de la Réforme, la Communion mondiale des Églises réformées (CMER) a formellement rejoint la Déclaration commune sur la doctrine de la justification.

La Déclaration commune a été signée en 1999 par le Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens et la Fédération luthérienne mondiale. En 2006, le Conseil Méthodiste mondial a également signé ce document de consensus théologique concernant le salut et la justification par la foi. La Communion mondiale des Églises Réformées s’est associée officiellement à la déclaration sur la justification lors d’un culte le 5 juillet 2017 à l’église de Wittenberg, avec des responsables des Églises catholiques, luthériennes et méthodistes. Le texte intégral de l’association peut être téléchargé en différentes langues (le français à partir de la page 16).

À cette occasion, les Églises luthériennes et réformées au niveau mondial ont tenu de souligner leur désir de travailler ensemble pour l’unité visible en signant « le Témoignage de Wittenberg » (également téléchargeable en plusieurs langues, le français à partir de la page 5).

Plusieurs articles et photos se trouvent sur le site de la CMER, et un blog des délégués français rassemble les impressions de l’Assemblée mondiale.

Voilà quelques extraits du préambule du texte de l’association à la déclaration sur la justification :

« Au cours de ces dernières années, on a heureusement atteint un certain degré de convergence sur la doctrine de la justification. Après de nombreuses années de dialogue assidu, la Déclaration commune sur la doctrine de la justification (DCDJ) a été signée en 1999 par l’Église catholique romaine et la Fédération luthérienne mondiale. Cet accord, sur une question qui fut au centre de la division de l’Église à l’époque de la Réforme, constitue un succès décisif que nous tenons à célébrer. En 2006, le Conseil méthodiste mondial et ses Églises membres ont déclaré leur accord doctrinal fondamental avec l’enseignement contenu dans la Déclaration commune sur la doctrine de la justification. La Communion mondiale d’Églises réformées, après avoir longuement réfléchi et avoir été particulièrement attentive à la relation entre justification et justice, est heureuse d’accepter aujourd’hui l’invitation à s’associer à la Déclaration commune sur la doctrine de la justification. Pour les Réformés, la justification par grâce au moyen de la foi est un enseignement essentiel de l’évangile.

Nous déclarons notre accord doctrinal avec la déclaration commune sur la doctrine de la justification. Nous nous réjouissons ensemble de ce que les différences doctrinales historiques à propos de la doctrine de la justification ne nous divisent plus et nous ressentons cela comme une occasion d’examen de conscience, de conversion ainsi que d’un nouvel engagement réciproque pour manifester une unité nouvelle et faire progresser notre témoignage commun pour la paix et la justice. »

Ci-après, un extrait du document Témoignage de Wittenberg signé entre Luthériens et Réformés :

«  Ensemble, nous nous engageons à répondre à ce désir par des actions concrètes, avec la conviction que la Parole de Dieu nous conduit vers une communion plus profonde.
En tant que communions mondiales, Luthériens et Réformés, nous nous engageons à examiner de nouvelles formes de vie ensemble exprimant plus pleinement cette communion que nous connaissons déjà en Christ.
Nous nous engageons à redoubler nos efforts communs en vue d’incarner notre unité, en résistant ensemble aux forces de l’injustice et de l’exclusion.

Nous appelons nos Églises membres à rendre notre unité encore plus visible dans leurs contextes respectifs. Nous invitons nos partenaires œcuméniques à vivre cette communion que nous partageons en vue de l’unité et du témoignage pour le monde. »

source: Protestants.org